RNI: à l’approche des élections, une série de démissions révèle la fronde contre Akhannouch

Une cascade de départs révèle une fronde contre Akhannouch au sein du RNI. Dernier en date, celui de son coordinateur à Rabat, Abdelkader Tatou. À l’approche des échéances électorales, le parti vit des affrontements internes qui pourraient compromettre ses chances de victoire.

Par

Des anciens du parti de la colombe critiquent une “logique d’entreprise” que la direction aurait adoptée depuis l’avènement d’Akhannouch. Crédit: MAP

Les Indépendants traversent une mauvaise passe en cette rentrée politique. L’accumulation de conflits internes aura finalement poussé certains de ses dirigeants à acter leur départ, tandis que d’autres continuent à plaider pour la constitution d’un “courant correctif”. Tous critiquent une “logique d’entreprise” que la direction du parti aurait adoptée, à quelques mois des élections législatives et communales prévues en 2021. Dernière démission en date, le coordinateur régional du Rassemblement national des indépendants (RNI) à Rabat, qui a préféré s’envoler rejoindre l’Union constitutionnelle de Mohamed Sajid. Ex-maire de Rabat entre 2009 et 2015 et vice-président de la Chambre des représentants de 2007 à 2011, Abdelkader Tatou évoque dans sa lettre datée du 24 août des “raisons personnelles” sans plus de détails. Joint par TelQuel, le (déjà) transfuge…

article suivant

Le journaliste Driss Ouhab n’est plus