Isolement à domicile et gestion des cas contacts : les nouvelles directives du ministère de la Santé

Dans une circulaire publiée ce 5 août, le ministère de la Santé détaille les nouvelles mesures et conditions de prise en charge des cas asymptomatiques atteints du Covid-19.

Par

Khalid Ait Taleb, ministre de la Santé. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Face à l’évolution de la situation épidémiologique au sein du territoire national, le ministère de la Santé a pris la décision d’actualiser le protocole de prise en charge des patients atteints du Covid-19. Les détails de cette mise à jour ont été communiqués aux directeurs régionaux de la Santé à travers une circulaire datée du mercredi 5 août.

Principale nouveauté : la possibilité de prise en charge à domicile des cas asymptomatiques, et ce, dans le but de soulager la capacité d’accueil des établissements hospitaliers.

Conditions concernant le patient asymptomatique

Ainsi, le document indique que la prise en charge à domicile concerne tout d’abord les patients ne présentant aucun facteur de risque, à savoir : âge supérieur à 65 ans, asthme et maladies respiratoires chroniques, hypertension artérielle, diabète, obésité pathologique, insuffisance d’organes, cancers, ou toute immunodépression.

D’autre part, le patient asymptomatique se doit de disposer d’une “chambre individuelle bien aérée”, de ne souffrir d’aucun trouble psychique, et d’être “jugé capable de respecter les précautions recommandées” et capable de “déclarer tout signe clinique à l’équipe chargée de la prise en charge”.

Le document rappelle également que la décision de prise en charge est une “décision de l’autorité sanitaire de proximité, avec l’appui de l’autorité territoriale”. Par ailleurs, cette décision “est prise dans le cadre d’une commission qui doit comporter le médecin-chef du centre de santé ou son représentant, l’assistant social et un représentant de l’autorité territoriale”.

Conditions concernant les personnes vivant sous le même toit

La circulaire précise également les directives que doivent suivre les personnes vivant sous le même toit que le patient asymptomatique pris en charge à domicile. La première d’entre elles étant que “ces personnes se doivent de quitter le domicile, durant toute la période de prise en charge et d’isolement du patient (14 jours)”. En cas d’impossibilité de respecter cette première mesure, “ces personnes doivent être considérées comme des contacts rapprochés et un suivi médical rigoureux de leur état de santé doit se faire de façon régulière”.

En cas de présence de personnes vulnérables sous le même toit que le patient symptomatique pris en charge à domicile, c’est-à-dire des personnes présentant un ou plusieurs facteurs de risque cités ci-dessus, “ces personnes se doivent impérativement de quitter le domicile durant la période totale de prise en charge et d’isolement du patient”. De même, en cas d’impossibilité pour les personnes vulnérables de quitter le domicile, “le patient Covid-19 doit être pris en charge dans une structure hospitalière, de préférence non conventionnelle”.

Déroulement de la prise en charge à domicile

Le document précise également que la prise en charge des patients asymptomatiques à domicile inclue le traitement curatif standard et ce “selon le protocole en vigueur”, mais aussi “une sensibilisation par rapport aux effets indésirables et aux mesures barrières et d’hygiène”, “une surveillance téléphonique journalière à la recherche de l’apparition des symptômes de Covid-19 (et) des effets indésirables du traitement”, ainsi que “l’installation de l’application de Wiqaytna, et éventuellement, d’autres applications similaires”.

Enfin, la circulaire liste également l’ensemble des mesures barrières et d’hygiène à respecter à domicile. Parmi celles-ci : l’éviction de contacts intrafamiliaux, une minimisation de l’utilisation des espaces communs et une désinfection systématique des sanitaires, ou encore l’utilisation de repas et ustensiles strictement individuels.

Le document rappelle également que les voies de détection du virus sont les suivantes : la consultation au niveau d’une structure de soins publique ou privée, le suivi des contacts, les activités de dépistage, et l’appel téléphonique (allo veille, allo 141, allo 300).

article suivant

Pourquoi faut-il se soucier d’autrui ?