Fuites d’éléments de l’enquête et déballage médiatique, le secret de l’instruction mis à mal dans l’affaire Omar Radi

Alors que l’instruction continue dans les différentes affaires impliquant Omar Radi, des éléments de l’enquête commencent à fuiter sur les réseaux sociaux, relançant l’éternel débat sur la finalité du secret de l’instruction. Décryptage.

Par

Le journaliste et militant Omar Radi, lors d'une conférence de presse à Rabat en juillet 2020. Crédit: Rachid Tniouni/TelQuel

Placé le mercredi 29 juillet en détention provisoire à la prison casablancaise d’Oukacha, le journaliste et militant Omar Radi est sous le coup de plusieurs accusations dans deux affaires. Dans la première, il est suspecté par le parquet de “réception de financements étrangers” et d’“atteinte à la sûreté extérieure de l’État, pour avoir entretenu avec les agents d’une autorité étrangère des intelligences ayant pour objet ou ayant eu pour effet de nuire à la situation militaire ou diplomatique du Maroc. La seconde concerne des faits présumés d’“attentat à la pudeur avec violence” et “viol”, à la suite d’une plainte déposée contre lui par “une jeune femme”, pour des faits qui auraient eu lieu dans la nuit du 12 au 13 juillet dernier.

à lire aussi

Alors que c’est le juge d’instruction près la Cour d’appel de Casablanca qui est désormais en charge de l’enquête dans les deux affaires, l’accusation…

article suivant

Interdiction des déplacements nocturnes entre 21h et 6h à Casablanca, Berrechid et Benslimane à partir de dimanche