Karim Rouissi : “Il faut arrêter d’opposer les opérateurs économiques et les défenseurs du patrimoine”

Karim Rouissi, architecte

Smyet bak ? Abdelwahed. Smyet mok ? Malika. Nimirou d’la carte ? BJ171900. Cette semaine, l’Intérieur a pris tout le monde de court en annonçant le limogeage du gouverneur Rachid Afirat. En cause, “ sa mauvaise ” gestion du dossier de préservation du patrimoine historique et architectural de Casablanca. C’est une victoire ou un leurre ? C’est ambigu ! A la fois, on entend dire au sommet de l’État que la question du patrimoine de Casablanca est importante et c’est une victoire en soi, mais en même temps, il ne faut pas omettre que cette question est beaucoup plus compliquée, car elle implique un jeu d’acteurs très complexe. Je pense que rendre responsable uniquement le gouverneur de la préfecture d’arrondissements Casablanca-Anfa est un peu sévère. Le patrimoine architectural de la ville doit interpeller les élus, l’agence urbaine, le gouvernement, le ministère de la Culture et d’autres acteurs comme les promoteurs immobiliers. Donc, c’est beaucoup plus compliqué que de tout focaliser sur une seule personne. C’est un responsable qui encaisse tout le poids d’une question importante et d’actualité. Du coup, est-ce bien le gouverneur de…

article suivant

Republication des caricatures du prophète : petit nœud ou véritable tension entre le Maroc et la France ?