Salaheddine Nabirha : “Il est impératif de cesser de corréler l’école au marché du travail”

Revoir la pédagogie et ouvrir la porte à d’autres modes de gestion des écoles sont les clés pour une relance du système éducatif, selon Salaheddine Nabirha, directeur pédagogique, initiateur de 9raya Fdar et fondateur d’une école coopérative Al Badil.

Par

Sortir de la dichotomie public-privé

Les parents se trouvent, aujourd’hui, confrontés à une offre publique d’enseignement ne répondant pas aux attentes et une autre, privée, de plus en plus inaccessible, et voient se refermer sur eux l’étau d’une charge financière insoutenable, souvent à l’origine de drames familiaux.

Salaheddine Nabirha
, Directeur pédagogique, initiateur de 9raya Fdar et 
fondateur d’une école coopérative Al BadilCrédit: DR
Pourtant, une troisième voie est possible et trouve ses origines dans l’article 40 de la loi-cadre sur l’éducation. En effet, il est désormais possible, par la force de la loi, pour les académies régionales, de nouer des partenariats permettant l’exploitation des murs des écoles publiques par une tierce partie, dans le cadre de conventions réglementées. Cette fenêtre juridique permettrait l’éclosion d’une nouvelle génération d’écoles, les écoles de la…

article suivant

Casablanca-Settat : face au risque de saturation, la région se prépare à des solutions alternatives