Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise

Dans l’opposition, l’Istiqlal revendique une vision de reprise économique. Son secrétaire général a présenté ce vendredi les grands axes du mémorandum de “sortie de crise” qu’il a proposés plus tôt au Chef du gouvernement. TelQuel lui a posé trois questions sur les perspectives économiques de l’après Covid-19.

Par

TelQuel : Quels secteurs d’activités avez-vous placés comme prioritaires dans votre mémorandum au Chef du gouvernement ?

Nizar Baraka : Nous parlons surtout des secteurs les plus touchés par la crise du Covid-19, et essentiellement le tourisme et l’industrie touristique dans sa globalité. L’artisanat et l’aérien en font partie. Ce sont là des secteurs qui créaient des emplois, jouaient un rôle important en matière d’entrée de devises, et participaient à un dynamisme économique intérieur. Aux opérateurs de ces secteurs, il faut donner accès aux crédits et amortir leurs coûts en interaction avec toutes les évolutions de la situation. Nous devons également nous occuper du domaine la formation et de la réformation, notamment en matière de prévention sanitaire. Particulièrement pour l’artisanat et l’aérien, il sera très difficile pour les opérateurs de continuer. Il nous faut une expertise…

article suivant

Turquie: Sainte-Sophie transformée en mosquée mais restera ouverte aux visiteurs