Karim Lamrani: Le Joker de Hassan II

Indissociable du règne de Hassan II, l’ancien Premier ministre technocrate demeure  une énigme aux multiples facettes.

Par

On l’appelle l’homme au cigare. Premier ministre multirécidiviste du temps de Hassan II, directeur général de l’Office chérifien des phosphates pendant plus de deux décennies, le nom de Karim Lamrani  évoque richesse, pouvoir et discrétion. Grand commis de l’Etat, premier technocrate du royaum. Homme fort du règne pour les uns, façade rassurante pour les autres…  Karim Lamrani a surtout été le Premier ministre des transitions, dépêché par Hassan II à chaque fois que ce dernier se trouvait au creux de la vague. En août 1971, alors que le Maroc tremble encore après la tentative de coup d’Etat à Skhirat, Karim Lamrani, ministre de l’Economie et des Finances dans le gouvernement précédent, endosse sa nouvelle fonction de Premier ministre avec flegme et assurance. « Personne ne voulait de cette responsabilité, se souvient un  ministre de l’époque. Toute la classe politique était fébrile, plongée dans la psychose du putsch avorté. » Lamrani, lui, accepte sans rechigner, prêt à rendre service à la patrie comme un va-t-en guerre.

Archive:…

article suivant

6 août : 14 morts et 1.144 nouveaux cas en 24 heures, ​29.644 au total