Orson Welles, l’amant de Mogador

De 1949 à 1952, Orson Welles investit Essaouira pour le tournage épique d’Othello. Le génie américain tombe amoureux de l’ancienne Mogador, qui lui ouvre les bras alors qu’il est fauché comme les blés. Histoire d’une passion faite d’amour et d’eau fraîche.

Par

Les costumes d’Othello ont été confectionnés, dans l’urgence, par… les tailleurs juifs d’Essaouira. Crédit: DR

A l’instar d’une mise en abîme comme on n’en voit qu’au cinéma, la passion d’Orson Welles pour Essaouira naît des braises d’un autre amour. Celui qu’il porte à la Comtesse Paola Mori, une belle Italienne qui l’entraîne à Marrakech en 1947. Orson Welles apprécie moyennement la ville ocre, s’ y ennuie et finit par suivre les conseils d’amis qui lui recommandent une petite cité fortifiée battue par les vents, située à quelques heures de route. Une certaine Mogador. C’est décidé, la ville des alizés abritera sa dernière infidélité à l’actrice Rita Hayworth, toujours sa femme à l’époque. “Il a eu le coup de foudre pour Mogador. De cette première rencontre, lui viendra, deux ans plus tard, l’idée d’y tourner les extérieurs d’Othello”, raconte Abdou Achouba, producteur de cinéma et, par ailleurs,…

article suivant

Polémique sur les vols spéciaux, un Paris-Fès en classe éco à plus de 10.000 dirhams