L’industrie ou les services, qui sauver en premier?

Par Réda Dalil

Menée sabre au clair par Moulay Hafid Elalamy, l’étonnante reconversion d’usines nationales en unités de fabrication de masques et de respirateurs pour le marché domestique et à l’export, a planté dans les esprits l’idée selon laquelle le Maroc est un pays industriel. Il devenait évident alors que c’est en relançant les usines en priorité que l’on atténuerait le plus efficacement les effets de la crise. Or, c’est vite oublier que le Maroc est une économie de services. C’est là que se trouvent les principaux gisements d’emplois (5 millions, soit 45% de la population active) et que se situe le cœur du revenu des ménages. Presque 70% des entreprises marocaines opèrent dans les services et le commerce, contre 9,9% dans l’industrie. En toute logique, il eût fallu au minimum traiter les deux secteurs, industriel et des services, avec la même urgence et veiller, à la faveur de mesures de prévention sanitaire exigeantes, à les relancer en même temps.

Réda Dalil
“Le secteur des cafés et de la restauration emploie 1,2 million de personnes, soit l’équivalent de l’ensemble des emplois industriels toutes filières…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés