Austérité : le récit des 48h qui ont fait reculer Benchaâboun

La proposition du ministre des Finances d’un décret-loi gelant les engagements de dépenses publiques a provoqué une bronca dans les rangs des patrons et au-delà. Abandonnée suite à des tractations houleuses et des pressions intenses, la disposition mort-née aura jeté un doute sur la politique d’austérité tous azimuts de Mohamed Benchaâboun. Entre le vendredi 3 et le lundi 6 avril, récit d’un week-end de bras de fer.

Par

DR

C’est niet”, tranche sans nuance un grand patron réuni, le samedi 4 avril 2020, avec une poignée d’industriels dans une villa casablancaise. Introduite la veille dans un projet de décret-loi, la proposition du ministre des Finances et de l’Economie, Mohamed Benchaâboun, de geler les engagements sur la dépense publique ne passe pas. Dès la diffusion, le vendredi 3 avril, dans la presse d’un courrier adressé par le secrétaire général du gouvernement aux ministres pour préparer le Conseil de gouvernement du lundi 6 avril, de nombreuses chapelles se mobilisent pour faire barrage intégral à ce qui, selon un membre de la CGEM, s’apparente à un “un acte de décès de l’économie”. Ce projet de…

article suivant

Informer et mourir