Aide aux non-Ramédistes : mode d'emploi

Dans un communiqué publié ce 9 avril, le Comité de veille économique a dévoilé la procédure d’aide aux ménages ne bénéficiant pas du Ramed.

Par

Le ministre de l'Économie et des Finances, Mohamed Benchaâboun. Crédit: MAP

Selon le communiqué, les chefs de ménage opérant dans le secteur informel qui ne sont pas inscrits dans le Ramed pourront faire leur déclaration à compter du vendredi 10 avril 2020 à 8 heures du matin pour bénéficier des montants suivants, en fonction de la taille du ménage :

• 800 dirhams pour les ménages de deux personnes ou moins ;

• 1000 dirhams pour les ménages composés de trois à quatre personnes ;

• 1200 dirhams pour les ménages de plus de quatre personnes.

Cette possibilité de déclaration va durer jusqu’à jeudi 16 avril à minuit.

Le site Internet www.tadamoncovid.ma a été créé à cet effet. Les déclarations peuvent se faire sur ordinateur ou à partir d’un smartphone.

Le numéro de téléphone à introduire lors de la saisie des informations doit être celui du chef de ménage, précise le Comité de veille économique (CVE). “C’est bien ce téléphone qui servira après la déclaration de lien avec l’administration et pour informer le chef de ménage de la procédure de versement de l’aide”, est-il indiqué.

D’après le communiqué, de par la nécessité de disposer de données concernant les non-Ramedistes opérant dans le secteur informel et dans le but de répondre rapidement aux demandes de cette catégorie de ménages, “il y a lieu d’apporter le plus grand soin à l’alimentation du formulaire électronique à remplir”.

Aucune déclaration enregistrée par un membre d’un ménage qui n’est pas le chef du ménage n’est recevable. Aucune déclaration concernant un ménage qui a déjà bénéficié d’une aide financière de la part de l’État n’est recevable.

Le numéro 1212 peut être contacté pour apporter une assistance aux ménages et répondre à leurs réclamations éventuelles.

Le communiqué avertit enfin que toute déclaration volontairement non fondée est passible de poursuites judiciaires.

article suivant

Lyautey, le royaliste