CAF : l’avenir d’Ahmad Ahmad se joue-t-il en temps de crise ?

À l’image de toutes les instances du football mondial, la Confédération africaine de football n’imaginait pas qu’une pandémie allait stopper toute son activité en 2020. Alors que les questions fusent quant au sort des compétitions, ça se bouscule en coulisses pour les prochaines élections présidentielles, prévues en 2021.

Par

Le président de la CAF, Ahmad Ahmad, et Fouzi Lekjaâ, président de la FRMF. Crédit: AIC PRESS

Pendant près de 30 ans, les élections présidentielles de la Confédération africaine de football (CAF) n’étaient qu’une pure formalité. Mais depuis que Issa Hayatou, à ce poste depuis 1988, a cédé la présidence au Malgache Ahmad Ahmad en mars 2017, le siège est plus que jamais convoité. En trois ans avec Ahmad Ahmad, la CAF a connu plus de scandales que pendant 20 ans avec Hayatou. Le Malgache a même été interpellé, puis relâché, dans une affaire de corruption en juin 2019, à Paris. Manque d’expérience ou coup monté de la part de ses détracteurs nostalgiques de l’ère Hayatou ? Les points de vue sont divers, et chacun défend ses intérêts face aux médias, mais une étude menée par le cabinet d’audit PricewaterhouseCoopers (PwC) a relevé plusieurs irrégularités financières dans la gestion…

article suivant

Des vols de rapatriement pour les Marocains coincés en France, en Espagne et en Turquie