Amine Diouri, cabinet Inforisk : “C’est la course au cash !”

Le confinement généralisé et son corollaire, le gel de l’activité des entreprises, plongent le tissu économique dans une crise radicale. Un seul mot d’ordre pour les entreprises : recouvrer pour survivre.

Par

Amine Diouri est directeur études et communication du cabinet Inforisk. Crédit: DR

Selon le chef du gouvernement, 95.749 entreprises se sont déclarées en cessation d’activité partielle ou totale au 31 mars. Résultat : 578.208 salariés en arrêt de travail. Si ceux-ci pourront postuler à l’aide prévue en cas de perte d’emploi par la CNSS, soit 2.000 dirhams par mois, ces chiffres sont inquiétants. En moins d’un mois, la crise liée au Covid-19 a déjà fait des dégâts significatifs. Quid des jours qui viennent ? L’éclairage d’Amine Diouri, directeur études & communication chez Inforisk Dun & Bradstret.

TelQuel : Avez-vous des données chiffrées concernant la mortalité des entreprises lors du mois de mars écoulé?

Amine Diouri : Nous sommes en pleine collecte de données. L’ennui cependant, c’est que les tribunaux fonctionnent au ralenti. Nous butons donc contre cet écueil qui nous empêche de produire de la data fiable. Il faudra patienter jusqu’à la fin du premier semestre pour avoir une idée aussi précise que possible des défaillances d’entreprises,…

article suivant

Le roi Mohammed VI rend hommage à Abderrahmane Youssoufi