Hassan Benaddi
 : “Heureux d’avoir le Makhzen et le moqaddem” #aprèscorona

“Tout d’un coup, nous avons été heureux d’avoir le Makhzen et le moqaddem” analyse Hassan Benaddi, cofondateur du PAM, dirigeant syndical et ex-inspecteur de philosophie. Tribune.

Par

Tournée d’agents d’autorités de proximité pour faire respecter le confinement. Crédit: TOUMI/TELQUEL

Il faut se souvenir du climat général dans lequel l’opinion publique marocaine était en train de s’installer avant la crise du coronavirus. Le discours prégnant était un discours de défiance par rapport aux partis et aux institutions, dans une atmosphère génératrice d’anxiété. Quand nous, Marocains, avons été impactés par cette crise sanitaire, très vite, ces discours qui exprimaient un ras-le-bol de la situation dans le pays, notamment sur les réseaux sociaux et dans la classe moyenne, se sont inversés. Les Marocains ont découvert qu’ils disposaient, quand même, d’acquis importants. Et tout d’abord, d’un socle. Un socle issu d’un Etat qui existe, qu’on décriait beaucoup, qu’on critiquait beaucoup, mais qui a montré sa présence.

Le roi en première ligne

Hassan Benaddi
L’image qui a eu le plus d’impact sur les Marocains, c’est l’image…

article suivant

Former des “imams à la française”, le défi des instances musulmanes