Abderrahmane Rachik 
: “Le droit à la vie l’emporte ” #aprèscorona

“Le droit à la vie l’emporte sur les autres droits” assure Abderrahmane Rachik, “sociologue et confiné”. Tribune.

Par

La méfiance et la distance sociale dans les grandes villes resteront la règle, et la solidarité une situation exceptionnelle, estime de manière pessimiste Abderrahmane Rachik, Crédit: FADEL SENNA / AFP

Devant le confinement, l’isolement social et le repli sur la petite famille, les réseaux sociaux sont les lieux privilégiés nous permettant de suivre l’actualité de plus près et d’apprécier les représentations collectives face à un phénomène inédit. L’incertitude, la peur, le stress et l’angoisse s’installent après l’annonce officielle de la fermeture des lieux publics, notamment les établissements scolaires, depuis le 20 mars. Réactions collectives primitives. Les supermarchés étaient pris d’assaut les premiers jours. Les fausses informations circulent et se multiplient. La propagation du coronavirus provoque-t-elle un élan de patriotisme et une augmentation du degré de confiance dans les appareils de l’Etat? Si c’est le cas, il faut s’attendre aux réactions de ceux et celles ayant pour horizon politique de se positionner contre l’Etat quitte à nuire à la société. Certains “inconscients” cherchent à mobiliser la fibre religieuse des masses pour empêcher l’adhésion des citoyens à la politique sanitaire de l’Etat. En vain.

Le droit…

article suivant

“Barcelone ou la mort” : au Sénégal, des femmes et des hommes en quête d’avenir