Tihad Sport Club : Quand tabac et sport faisaient bon ménage

Tabac sport est devenu Tihad Sport Club au milieu des années 1990. 
Ce changement, intervenu avec l’entrée en vigueur de la loi antitabac, a marqué la fin du sport corporatif. Retour sur l’histoire d’un monument du sport national, aujourd’hui au bord de la faillite. C’est avec des frissons que tout amoureux du sport marocain franchit le portail du complexe Sidi Mohammed de Aïn Sebaâ, inauguré en 1994 par Mohammed VI. Lieu de retrouvailles des sportifs casablancais jusqu’à la fin des années 1990, ses murs et pelouses ont été témoins des champions formés au complexe de la Régie des Tabacs. Piscine semi-olympique, courts de tennis, salle couverte omnisport, terrains à la pelouse bien taillée, ces installations, qui faisaient jadis l’exception de la ville, sont presque en ruines. Seul un court de tennis en terre battue témoigne encore de la gloire passée. Avec son filet qui tient difficilement debout, il symbolise la résistance de quelques fidèles du Tihad Sport Club (TSC) qui refusent de voir ce club fermer. Sa situation financière actuellement compliquée contraste avec un passé pourtant glorieux. 84 ans de sport corporatif

Par

TOUMI

Tabac sport est devenu Tihad Sport Club au milieu des années 1990. 
Ce changement, intervenu avec l’entrée en vigueur de la loi antitabac, a marqué la fin du sport corporatif. Retour sur l’histoire d’un monument du sport national, aujourd’hui au bord de la faillite.

C’est avec des frissons que tout amoureux du sport marocain franchit le portail du complexe Sidi Mohammed de Aïn Sebaâ, inauguré en 1994 par Mohammed VI. Lieu de retrouvailles des sportifs casablancais jusqu’à la fin des années 1990, ses murs et pelouses ont été témoins des champions formés au complexe de la Régie des Tabacs. Piscine semi-olympique, courts de tennis, salle couverte omnisport, terrains à la pelouse bien taillée, ces installations, qui faisaient jadis l’exception de la ville, sont presque en ruines. Seul un court de tennis en terre battue témoigne encore de la gloire passée. Avec son filet qui tient difficilement debout, il symbolise la résistance de quelques fidèles du Tihad Sport Club (TSC) qui refusent de voir ce club fermer. Sa situation financière actuellement compliquée contraste avec un passé pourtant glorieux.

article suivant

Saad Eddine El Othmani: "Le Maroc a évité le pire"