Startups, PME et grands groupes, les entreprises s’organisent face au covid-19

Les rassemblements de plus de 50 personnes dans les lieux publics sont désormais interdits. Entre craintes de transmission et mesures pour limiter les risques, comment les entreprises comptent-elles gérer ?

Par

Dès le samedi 14 mars, le ministère de l’Intérieur annonçait l’interdiction de tous les rassemblements publics de plus de 50 personnes. Mais dans les entreprises privées, comment la situation va-t-elle évoluer ? De la startup au grand groupe, les politiques RH et les mesures de prévention s’articulent pour éviter tout risque de contagion.

Startups et PME comme à la maison

Dans les plus petites structures d’entreprise, naturellement plus agiles, les décisions se prennent assez rapidement. Depuis le début du week-end, Ismaïl Bargach, CEO de la startup WafR a opté pour un changement d’habitude. “Jusqu’à la semaine dernière, nous n’avions rien changé dans notre façon de travailler. Nous travaillons depuis nos domiciles respectifs avec mon cofondateur et nous nous déplaçons à l’incubateur quand nous avons besoin de nous voir. Depuis ce matin, nous nous sommes dit qu’il valait mieux éviter de se retrouver dans l’incubateur. Nous avons décidé de nous réunir moins souvent”, nous confie l’entrepreneur.

“Nous sommes une entreprise dans le numérique, donc pour nous tout est dans le cloud, c’est facile de travailler de chez soi”

Smael Sebti, fondateur de WBC et Smarteez

Concernant les PME, face au Covid-19, les dirigeants s’organisent et préviennent leurs employés. Smael Sebti, fondateur de WBC et Smarteez, nous explique : “Nous allons passer en télétravail complet à partir de mardi matin pour nos 55 salariés. Nous leur avons dit de passer prendre leurs ordinateurs ou des affaires au bureau et de travailler de chez eux pendant au moins une semaine, en attendant de voir ce qu’il se passe.

Il poursuit : “Nous sommes une entreprise dans le numérique, donc pour nous tout est dans le cloud, c’est facile de travailler de chez soi. Cela ne sert à rien de les contraindre à venir et de les exposer au risque. C’est la première fois que nous utilisons cette méthode à si grande échelle.”

Télétravail et sensibilisation chez TopClass

Dans le secteur de la distribution, les mesures sont également prises pour faciliter la vie des salariés. Lucien Leuwenkroon, gérant de la société TopClass, distributeur exclusif de Lavazza au Maroc, détaille : “Étant certifié ISO et RSE, il y a un processus en place dans ce genre de cas, mais il est en place depuis déjà 15 jours. Il y a des distributeurs de gel hydroalcoolique, des masques à disposition pour les techniciens ainsi que des gants jetables.”

Depuis déjà 15 jours, il y a des distributeurs de gel hydroalcoolique, des masques à disposition ainsi que des gants jetables

Lucien Leuwenkroon, gérant de TopClass

Et de poursuivre : “Cependant, nous ne prévoyons rien de plus à partir de la semaine prochaine. Nous avons simplement tenu une réunion vendredi en expliquant que les gens souhaitant travailler chez eux peuvent le faire. Ils ont les outils pour travailler à l’extérieur, donc sur ce point, nous n’aurons pas vraiment de soucis.

Orange mise sur la “quatorzaine” et laccompagnement

Pour les grands groupes, la dynamique est tout autre. Entre réunions qui s’enchaînent et gestion de centaines de salariés, le Covid-19 requiert une attention particulière qui évolue au fil de l’eau. Zakia Hajjaji, directrice des ressources humaines et de la communication d’Orange Maroc, évoque des mesures drastiques : “Nous demandons déjà depuis déjà trois à quatre semaines à toute personne venant de l’étranger de rester chez elle pendant 14 jours tout en travaillant à distance. La reprise se fait au sein de l’entreprise au 15e jour.

Quant aux mesures plus récentes adoptées par le gouvernement, l’entreprise s’adapte au jour le jour. “L’arrêt des cours dans les écoles à partir du lundi 16 mars nous amène à accompagner les parents qui n’ont pas les moyens de garder leurs enfants. Nous leur avons demandé d’envoyer un mail pour qu’ils puissent télétravailler et assurer la garde de leurs enfants de moins de 16 ans. Tout cela est accompagné de campagnes de sensibilisation sur l’hygiène. Nous ne savons pas si d’autres décisions seront prises, si l’on passera au confinement ou pas, mais tout cela est en train d’être préparé pour assurer la continuité du service”, conclut Zakia Hajjaji.

article suivant

L’état d’urgence prolongé jusqu’au 10 août