Compétitions CAF : reprise sous pression pour les équipes marocaines en lice

Engagés en Ligue des Champions et en Coupe de la Confédération, c’est dans un contexte compliqué que les clubs marocains entament la phase à élimination directe. Le Raja, le Wydad, la Renaissance sportive de Berkane et le Hassania d’Agadir espèrent tous prendre une sérieuse option, dès les matchs aller prévus ce week-end. Un pari loin d’être gagné.

Par

DR

Reçus quatre sur quatre. Engagés en Ligue des Champions (LDC) et en Coupe de la Confédération (CAFCC), le Raja, le Wydad, le Hassania d’Agadir (HUSA) et la Renaissance sportive de Berkane (RSB) ont tous décroché leurs tickets qualificatifs pour les quarts de finale. La phase à élimination directe, commence ce vendredi 28 février, avec un choc au sommet en LDC, opposant les Verts casablancais, au Tout Puissant (TP) Mazembe.

S’en suivra un second duel entre deux équipes qui viennent tout juste de changer d’entraîneurs. Le Wydad, finaliste de l’édition 2019 croisera le fer avec l’Étoile sportive du Sahel, le club tunisien qui vient tout juste de limoger Juan Carlos Garrido, désormais coach du club casablancais. Destins croisés ?

Pour le moment, les seuls dont les destins risquent véritablement de se croiser sont ceux du HUSA et de la RSB. Les deux clubs marocains engagés en CAFCC entament les quarts de finale, avec en ligne de mire une demi-finale 100 % marocaine. Si Berkane se défait des Égyptiens d’Al Masry et que le Hassania d’Agadir déjoue les plans des Libyens d’Al Nasr Benghazi, les deux représentants de la Botola se croiseront à un pas de la finale. Tous ces matchs explosifs et autres derbys maghrébins se joueront dans un contexte différent pour les clubs marocains. Entre nouveau défi pour certains, et volonté de confirmer pour les autres, le stress monte d’un cran, et se ressent surtout à Casablanca où les deux clubs ne partent pas favoris sur le papier.

Raja – TP Mazembe : la confirmation passe par un géant

Cette saison, le Raja retrouve la phase à élimination directe de la Ligue des Champions CAF, 15 ans après sa dernière demi-finale perdue face à l’Étoile sportive du Sahel. Pour atteindre ce stade de la compétition, les Verts n’ont pourtant pas été épargnés par le tirage au sort.

Dans le groupe de la mort avec la Jeunesse sportive de Kabylie, l’AS Vita Club et l’Espérance de Tunis, les hommes de Jamal Sellami ont pu engranger 11 points pour valider leur ticket de qualification et affronter ce vendredi 28 février à 20 heures, le Tout Puissant Mazembe, cinq fois champion d’Afrique.

Venus tout droit de la République démocratique du Congo, les Crocodiles du TP savent à quoi s’attendre ce soir. Avec la pression des supporters et le jeu engagé des Verts, ils espèrent limiter la casse, sinon s’imposer pour faciliter le match retour prévu à Lubumbashi le 7 mars.

Pour se défaire du TP, Jamal Sellami peut compter sur ses cadres de retour de blessure. Fabrice Ngoma, Mouhsine Moutouali, Abdelilah Hafidi sont tous prêts pour le match au sommet de ce soir. Des valeurs sûres qui s’ajouteront à l’ambiance folle du complexe Mohammed V. Un tifo géant en trois dimensions est prévu par les Green Boys, groupe ultras des Verts.

D’ailleurs certains supporters n’ont pas hésité à donner le ton, jeudi tard dans la nuit en déclenchant des feux d’artifice, non loin de l’hôtel où réside la délégation de Mazembe. Une pression suffisante ?

Wydad – Étoile du Sahel : Garrido et la baguette magique ?

Le Wydad sort d’une série de mauvais résultats. Entre matchs nuls et défaites amères, les Rouges espèrent relever la tête dès samedi soir, et on ne peut nullement dire qu’ils ont le choix. Habitué de la phase à élimination directe depuis déjà 5 saisons, le WAC retrouve l’Etoile sportive du Sahel (ESS), quart de finale cette année. Un adversaire de taille, que le Wydad connaît bien. Ce samedi, les Rouges sortiront de leur sac un joker, du nom de Juan Carlos Garrido.

Les yeux seront rivés sur l’ancien coach de l’Étoile. Quatre semaines plus tôt, c’est lui qui qualifiait l’ESS aux quarts de finale en sortant d’un groupe compliqué, qui s’est joué à la différence de buts. Limogé quelques jours plus tard, c’est avec un esprit revanchard qu’il recroisera les Tunisiens.

Et pourtant, en les opposant à l’ESS, le tirage au sort n’a pas fait de cadeau aux finalistes de l’édition 2019. L’Étoile du Sahel compte à son tour sur cette double confrontation pour sortir la tête de l’eau et tenter de jouer un titre cette saison, compte tenu de la domination de l’Espérance de Tunis au niveau local. Tous les éléments sont donc réunis pour assister à un derby maghrébin des plus chauds. Les tifos sont prévus, et les Tunisiens prévenus, le Wydadis ont à une revanche à prendre, et ça passe par un bouillonnant complexe Mohammed V.

Al Masry – RS Berkane : comme à la maison

Que serait une compétition CAF sans surprise et décisions incomprises ? En 2020, les dirigeants d’Al Masry, privés de leurs supporters à domicile et condamnés de jouer à huis clos ont demandé aux dirigeants de la RS Berkane de disputer les deux matchs de la double confrontation au stade municipal de Berkane. Une décision qui donne un avantage aux hommes de Tarik Sektioui, qui devaient jouer cette première manche en Égypte, et qui ont finalement eu tout le temps de se préparer pour faire bonne figure dans une compétition qu’ils connaissent très bien.

Finalistes la saison dernière face au Zamalek, les Berkanis visent le titre cette saison et se donnent les moyens d’y arriver. En recrutant la doublette Mohsine Iajoru – Zakaria Hadraf qui avait grandement participé au sacre du Raja en 2018 dans la même compétition, ils misent sur le facteur expérience de leurs meilleurs éléments pour briguer la Coupe de la Confédération pour la première fois de leur histoire. Un sacre qui passe par un match piège, car même joué à domicile, la règle des buts à l’extérieur tient toujours, et le match est une occasion pour les coéquipiers de Mohamed Aziz de marquer et prendre l’avantage psychologique en vue du match retour. Ils pourront néanmoins compter sur la présence de leurs supporters lors des deux confrontations, à commencer par celle de ce dimanche (20 heures).

Al Nasr Benghazi – HUSA : le Hassania à la conquête de l’Afrique

Le club d’Agadir a déjà deux titres de champion du Maroc à son actif. Mais jamais le Hassania d’Agadir n’a été aussi brillant en Afrique que cette saison. En Coupe de la Confédération, les Soussis font partie des favoris. Avec un jeu fluide et plaisant, ils ont pu terminer premiers de leur groupe qui comptait les Nigérians d’Enyimba, grande équipe du continent, qui a dû se contenter de la deuxième place.

En entamant sa campagne africaine, le HUSA a franchi plusieurs paliers, pour faire désormais partie des équipes favorites pour la finale. Pour y arriver, le Hassania a préféré limoger M’hamed Fakhir, il y a quelques semaines pour créer une ambiance paisible au sein du vestiaire qui était divisé, et retrouver l’osmose entre l’équipe et ses supporters, mécontents, depuis l’arrivée du technicien marocain. C’est Mustapha Ouchrif qui relèvera le défi, et pourra compter sur ses meilleurs éléments, comme El Barkaoui ou encore Mehdi Oubilla, son milieu de terrain vedette. Ils aborderont ce duel (dimanche à 17 heures) face à Al Nasr Benghazi avec le costume de favoris, tant que les Libyens ne disputent toujours pas de championnat de façon régulière.

article suivant

Rapprochement MBS/Kushner : Vers un prochain accord de normalisation entre Israël et l'Arabie saoudite ?