Benmoussa : “La représentation au Parlement est en déphasage avec les citoyens”

Economiste, acteur associatif, vice-président du Mouvement Damir, Mohamed Benmoussa revient sur les raisons de la création de la CSMD, et sur sa capacité à être à la genèse d’un nouveau contrat à la fois social et économique. Interview.

Par et

Ancien administrateur du Conseil déontologique des valeurs mobilières et vice-président de l’association Damir Crédit: Fahd Merroun

Le président de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD), Chakib Benmoussa, a récemment évoqué la possibilité de nouer un “nouveau pacte social” avec les Marocains.

Lorsqu’on parle de modèle de développement, on pense surtout à un modèle économique. Là, on bascule vers la proposition d’un contrat social. Comment expliquez-vous cela ?

Permettez-moi d’abord de dire que je m’exprime ici à titre personnel, et certainement pas au nom de la CSMD. En simple membre de la Commission mais aussi en qualité de vice-président du Mouvement Damir et de citoyen engagé depuis près de trois décennies dans le débat national. Il existe évidemment une dimension économique qui est au cœur du dispositif du nouveau modèle de développement, mais on retrouve aussi des dimensions institutionnelle, politique, sociétale, sociale et culturelle. Le président Chakib Benmoussa…

article suivant

Que pensent les lycéens du “Maroc de demain” ?