Médecine publique : touche pas à mon hôpital

L’ordre des médecins a, de manière illégale et unilatérale, autorisé les praticiens du public à exercer dans des établissements privés. Au risque d’achever les hôpitaux, déjà mal en point, et d’accélérer la privatisation de la santé.

Par et

TelQuel

Une bombe, une secousse tellurique, un choc sismique, tel a été l’effet d’une décision unilatérale prise par le Conseil National de l’Ordre des médecins (CNOM). En effet, le 11 janvier dernier, l’Assemblée générale du CNOM a approuvé après vote “la proposition d’appliquer le TPA (Temps plein aménagé) à raison de deux après-midi par semaine pour les universitaires et à partir de 16 heures pour les médecins du secteur public”, lit-on dans le PV de l’Assemblée générale, dont TelQuel détient copie. Il y a désormais péril en la demeure, car l’Ordre des médecins propose tout simplement de faire bénéficier l’ensemble des médecins du secteur public du TPA, jusque-là réservé aux universitaires. Cette initiative, prise de manière unilatérale par le CNOM, a mis le feu aux poudres, enclenchant des réactions en chaîne chez les médecins. Réagissant à chaud, Fatima Azizi, médecin généraliste dans le secteur privé et…

Cet article est réservé aux abonnés.
Déjà abonné ? Se connecter
Soutenez un média indépendant et exigeant
  • Accédez à tous les contenus de TelQuel en illimité
  • Lisez le magazine en numérique avant sa sortie en kiosque
  • Accédez à plus de 900 numéros de TelQuel numérisés