Domaine maritime : le Maroc voit trop large pour l’Espagne

La visite de la ministre des Affaires étrangères espagnole à Rabat, Arancha González Laya, en pleine polémique autour du projet d’extension du domaine maritime marocain, sonne comme une tentative pour désamorcer de potentiels litiges.

Par

Le ministre des Affaires étrangères Nasser Bourita et son homologue espagnole, Arancha González Laya, ont échangé sur le projet marocain, le 24 janvier à Rabat. Crédit: MAP

En visite officielle de l’autre côté du détroit, sa première au Maroc depuis sa nomination dans le nouveau gouvernement, la nouvelle cheffe de la diplomatie espagnole, Arancha González Laya, arrivait à Rabat avec pour mission de calmer les esprits des partis espagnols, échaudés par le projet marocain d’actualiser ses frontières maritimes. En premier lieu, la question de la souveraineté sur les eaux territoriales. Le Maroc a adopté, le 22 janvier, deux lois redéfinissant les limites de son domaine maritime et l’extension de sa zone économique exclusive à 200 milles marins. “Selon le droit international, le Maroc a le droit de délimiter son espace maritime dans le respect des dispositions de la convention des Nations Unies sur le droit de la mer”, a estimé la ministre, le 24 janvier.

Le Maroc aurait 
un intérêt pour un volcan 
sous-marin riche en ressources naturelles, dans la zone disputée…

article suivant

Hébergement des femmes victimes de violences : du problème invisible à l’urgence nationale