Moyen-Atlas : un château d'eau aux pieds d'argile

Le Moyen-Atlas, « château d'eau du Maroc », voit ses stocks diminuer de façon alarmante. Une situation qui témoigne de l'ampleur du stress hydrique que connaît le pays, l'un des enjeux majeurs de la prochaine décennie.

Par

Un cours d'eau dans le Moyen Atlas. Crédit: Thomas Savage/TelQuel

Imaginez-vous à l’ombre d’une forêt de cèdres, bercé par le clapotis reposant d’une eau cristalline qui dévale tranquillement les pentes du Moyen-Atlas. Cette image idyllique, qui fait la fierté des habitants de ces montagnes, pourrait bien s’évaporer d’ici quelques années. La menace du stress hydrique pèse sur le Maroc, 23e pays (sur 165) le plus menacé par les pénuries en eau selon le World Resources Institute (WRI).

Malgré ses grandes réserves, le Moyen-Atlas, qui se situe en partie dans le bassin de Sebou, n’est pas épargné. Ce lieu hautement stratégique pour le Royaume connaît depuis plusieurs années de sérieuses difficultés dans la gestion de ses ressources en eau. La préservation des nappes phréatiques du Moyen-Atlas représente plus que jamais un défi de taille pour cette région que l’on surnomme « le château d’eau du Maroc ».

D’immenses réserves d’eau…

Pourquoi un…

article suivant

Réouverture des cafés et restaurants dès vendredi 29 mai