Les casse-tête d’Aït Taleb

Limogeage de cadres, appel d’offres douteux, traitement de l’hépatite C, Lévothyrox, anticancéreux… les premiers pas du nouveau ministre de la Santé, Khalid Aït Taleb, augurent d’un mandat mouvementé.

Par

Khalid Aït Taleb, nouveau ministre de la Santé, découvre un département secoué par de multiples dysfonctionnements. Crédit: TNIOUNI/TELQUEL

Moins de deux mois après son arrivée à la tête du ministère de la Santé, Khalid Aït Taleb est déjà confronté à une multitude de problématiques. Au lendemain de sa prise de fonction, deux cadres sont d’emblée débarqués de leurs postes: Rachid Esseddik, directeur des ressources humaines au ministère, et Jamal Taoufik, directeur des médicaments et de la pharmacie (DMP). Si la nouvelle ne s’est répandue dans la presse que mi-novembre, Saâd-Eddine El Othmani aurait donné son feu vert pour les limoger dès le départ du prédécesseur d’Aït Taleb, Anas Doukkali. Les deux directeurs remerciés avaient été nommés lors du Conseil de gouvernement du 30 août 2018 sur proposition d’Anas Doukkali.

“Dans le domaine de la pharmacie, ma compétence n’est plus à démontrer. Mon honnêteté non plus”

Jamal Taoufik, ex directeur de la DMP
Dans le domaine de la pharmacie, ma compétence n’est plus à démontrer. Mon honnêteté non plus. Ça fait…

article suivant

26 octobre : 72 décès et 2264 nouveaux cas de contamination au coronavirus