Trois bourdes à retenir de Hassan Abyaba, porte-parole du gouvernement  

Sa première gaffe

Attendu par les journalistes pour des éclaircissements sur la démission de la CGEM de Salaheddine Mezouar et les prévisions du PLF 2020, le nouveau ministre a noyé le poisson tout le long de son premier point presse hebdomadaire, tenu après le Conseil de gouvernement. À propos de la croissance économique du Maroc, il a répondu, de façon laconique : “Prions pour qu’Allah nous donne la pluie.”

Une étourderie énorme

Lors de la séance de questions orales au parlement, le 20 octobre, il a bien soigné sa réputation naissante. Alors qu’un député de l’Istiqlal l’a interpellé sur la réhabilitation des maisons de jeunes, Abyaba a répondu sur la fermeture des stades nationaux de foot, faisant rire à gorge déployée la ministre déléguée chargée des Marocains résidant à l’étranger, Nezha El Ouafi. Il s’est retrouvé, dans la foulée, affublé du sobriquet de “Gaston Lagaffe” du gouvernement par des mauvaises langues.

Une erreur diplomatique

En déplacement à Chenguit, en Mauritanie, le 10 novembre, Hassan Abyaba a été l’auteur d’un impair diplomatique qui…

article suivant

Temps plein aménagé : les explications de l'Ordre des médecins