Marche verte: le patriotisme bling-bling prêché dans le désert

Le 6 novembre, c’était match de gala à Laâyoune. Avec la participation de plusieurs anciennes gloires du football, le sport a pris des allures de fête nationale. Pour quelles retombées?

Par

Alors que les matchs de gala sont généralement généreux en buts, les rares spectateurs présents n’ont pu voir qu’une seule réalisation, signée Samuel Eto’o. Crédit: MAP

Ils étaient attendus par tous. Rassemblés dans un avion de la Royal Air Maroc affrété pour l’occasion, une trentaine d’anciennes stars du ballon rond, d’Internet mais aussi de la chanson, et des journalistes triés sur le volet s’apprêtent à rejoindre Laâyoune depuis Marrakech. Mais l’appareil ne décolle pas. Les deux maîtres de cérémonie du match de gala, organisé à l’occasion du 44e anniversaire de la Marche verte, se font attendre. Leurs Bentley finissent par arriver sur le tarmac, à quelques minutes de l’heure prévue du décollage. Eux, ce sont les frères Azaitar, figures marocaines du Mixed Martial Arts (MMA), mais aussi présidents de l’Association sportive d’appui aux jeunes et aux œuvres charitables. Celle-ci chapeaute, aux côtés de la FRMF, depuis deux ans, l’organisation du match de gala disputé à l’occasion de la Marche verte. Un événement durant…

article suivant

Soupçonné de corruption, l’ancien roi d’Espagne Juan Carlos s’exile