Côte d'Ivoire: attention, eldorado fragile!

Portés par une impulsion royale, les investissements privés marocains en Côte d’Ivoire explosent. Mais cette ruée, catalysée par le miracle économique ivoirien, bute sur une kyrielle de contraintes. Des hommes d’affaires témoignent.

Par

Mohammed VI et le président ivoirien, Alassane Ouattara, président la signature d’un mémorandum relatif au développement de la baie de Cocody, le 6 mars 2017 Crédit: MAP

Le Maroc, premier investisseur mondial dans un pays d’Afrique de l’Ouest? C’est arrivé en 2015. Avec 2,4 milliards de dirhams, soit 22% des investissements réalisés cette année, le royaume s’imposait comme le plus grand pourvoyeur d’IDE en Côte d’Ivoire, où plus de 3,7 milliards de dirhams d’investissements ont été enregistrés sur la période 2012-2017. A fin 2017, le stock d’investissements marocains atteignait 6,6 milliards de dirhams, de loin la première destination des IDE du royaume.

“On parle d’une croissance annuelle moyenne du PIB nominal de 9,6% sur la période 2012-2019”

Kamal Mokdad, en charge du développement à l'international, BCP
Fort d’une parenthèse de croissance très favorable, le pays de Houphouët-Boigny profite d’une dynamique d’après-guerre civile qui attise les convoitises et fait rêver tout capitaine d’industrie. “On parle d’une croissance annuelle moyenne du PIB nominal de 9,6% sur la période 2012-2019”, souligne Kamal Mokdad, directeur général de la…

article suivant

26 octobre : 72 décès et 2264 nouveaux cas de contamination au coronavirus