Abdou Diop: “Il faut être plus discret dans l’affichage de nos réalisations” 

Managing partner du cabinet de conseil Mazars et ex-Monsieur Afrique de la CGEM, Abdou Diop décrypte les opportunités à saisir en Côte d’Ivoire, mais surtout les obstacles à éviter.

Par

Comment se comportent les investissements marocains en Côte d’Ivoire?

Ils ont évolué de manière assez forte, passant d’abord d’opérations sur les services à des investissements industriels importants. Après les banques et les compagnies d’assurances, nous sommes passés à des implantations industrielles, avec les cimenteries, l’ameublement, la pharmacie et l’emballage. On retrouve aussi la grande distribution avec Label’Vie. Sans oublier le BTP-ingénierie avec SGTM et TGCC, et l’agroalimentaire avec Holmarcom. Nous sommes donc devant des investissements multisectoriels. L’industrie fonctionne très bien puisque Addoha est la 1ère cimenterie du pays. Cooper Pharma et Pharma 5 vont bientôt achever leur usine. En dépit de ces avancées sur la partie industrielle, le potentiel demeure important car nous n’avons pas suffisamment intégré la chaîne agroindustrielle.

Où se situent les contraintes à l’investissement?

Abdou Diop
“Cela n’a pas été facile pour les entreprises marocaines. Nous avons payé le prix…

article suivant

Reprise des cours en présentiel : le débat qui agite la rentrée scolaire