Lutte antiterroriste: coups de com’ autour des coups de filet

L’opération de démantèlement à Dar Bouazza, Chefchaouen et Ouezzane d’une cellule de Daech menée devant les caméras des médias par le BCIJ dénote d’une spectacularisation de la lutte antiterroriste. Analyse.

Par

Abdelhak Khiame, directeur du BCIJ, a pris l’habitude de mener des conférences de presse spectaculaires, au siège du bureau à Salé. Crédit: RACHID TNIOUNI/TELQUEL

Les éléments du Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) ont mené simultanément, dans la matinée du vendredi 25 octobre, plusieurs interventions dans le cadre d’une opération antiterroriste à Dar Bouazza, mais aussi dans la région de Casablanca et à Chefchaouen. L’opération a permis le démantèlement d’une cellule terroriste composée de sept membres liés à Daech. Le chef de file de la cellule et l’un de ses complices ont été interpellés suite aux perquisitions effectuées dans un “abri sûr” à Tamaris, où a été saisi un lot d’armes à feu composé de deux fusils, trois pistolets automatiques, diverses munitions, de ceintures pour cartouches, d’armes blanches de grande taille et d’épées. Des “produits chimiques suspects pouvant entrer dans la confection des explosifs” ont également été saisis.

Un “bain de sang”

Les hommes du BCIJ ont aussi trouvé, au domicile du chef de la cellule situé dans la même région, “un zodiac, du…

article suivant

Comment le théâtre Cervantes de Tanger sera restauré