Trois choses à savoir sur la suspension des importations de livres

MAP

Blocage institutionnel

Depuis le remaniement ministériel du 9 octobre et la suppression du ministère de la Communication, les libraires et éditeurs importateurs de livres sont confrontés à la disparition du service dédié aux autorisations d’import. Résultat : plusieurs livres sont actuellement bloqués aux portes du Maroc, faute de ce visa essentiel pour leur entrée sur le territoire. “En tant qu’éditeurs, nous sommes obligés d’avoir un visa pour toute importation de livres autres que scolaires”, déplore Ahmed Filali Ansari, président de l’Association marocaine des éditeurs (AMP).

Très cher remaniement

Pour Abdelkader Retnani, patron des éditions La Croisée des chemins à Casablanca, cette situation pourrait coûter cher aux éditeurs et libraires qui font de l’importation de livres. “Il y a des pénalités qui s’appliquent sur les marchandises. Les gens qui ont fait ce remaniement ont oublié qu’au Maroc on fait de l’édition, et qu’on importe et exporte”, s’indigne-t-il. Des frais de magasinage sont imposés par l’administration de douane: 4% de la valeur de la marchandise stockée entre 4 et 20 jours, et…

article suivant

Abdessamad Dialmy : La télé-sexualité, un préservatif contre le Coronavirus