Entre le PPS et Anas Doukkali, le divorce est sur le point d'être consommé

Entre le PPS et Anas Doukkali, le divorce est sur le point d'être consommé

Débarqué du ministère de la Santé, Anas Doukkali s'apprête également a perdre sa place au sein du Parti du progrès et du socialisme (PPS). Une décision prise le 23 octobre par le bureau politique qui a publié un communiqué, sans citer de nom.

Par

Anas Doukkali, ex-ministre de la Santé, ex-PPS ? Crédit: Tniouni/TELQUEL

Depuis le passage dans l’opposition du Parti du progrès et du socialisme (PPS), le sort d’Anas Doukkali fait l’objet de spéculations. A la veille d’un remaniement ministériel, l’ex-ministre de la Santé s’était opposé au retrait de la coalition gouvernementale, lors d’une réunion épique du comité central. Trois jours après la réunion du comité central, il réunissait la presse au siège de son ministère pour annoncer sa démission du bureau politique. Evoquant un vote “vicié” et un secrétaire général responsable “d’un climat de peur”, l’ex-ministre confiait à Médias24 : “Ma démission ne veut pas dire que je quitte le PPS, bien au contraire.

à lire aussi

Ce 23 octobre, un communiqué du bureau politique de la formation socialiste dit avoir “délibéré sur plusieurs autres dossiers liés à la vie interne du parti et pris les mesures nécessaires à cet égard”. Sans préciser de nom, cette annonce fait référence à la décision de la même instance, datée du 6 octobre, de prendre “une série de mesures disciplinaires” contre les agissements “infantiles et inacceptables” de certains membres du comité central lors de la session extraordinaire.

Contacté, le secrétaire général du parti, Nabil Benabdallah, cultive le flou. “C’est un détail, dans le sens où il [Anas Doukkali, NDLR] vous préoccupe plus qu’il ne nous préoccupe. Lundi, vous aurez le fin mot de l’histoire”, annonce le secrétaire général du PPS, indiquant que l’ancien ministre de la Santé sera notifié le 28 octobre de la décision prise par le bureau politique.

Une source interne du parti au livre contactée par TelQuel nous confirme que la décision d’évincer Doukkali a été prise après l’expiration d’un “ultimatum” que le bureau politique lui avait imposé. En effet, des excuses étaient attendues par les principaux concernés suite à des “accusations graves proférées à l’encontre du parti dans des médias publics”, nous expliquait le secrétaire général du PPS, qui s’attendait à des excuses publiques “pour réparer le tort et les dommages”.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Ce qui va changer pour les droits d'auteur

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.