Zakaria Boualem, le foot et le mépris

Par Réda Allali

Depuis le temps qu’il geint avec abnégation ici même, vous avez eu l’occasion d’identifier les obsessions récurrentes de Zakaria Boualem. Vous savez donc, forcément, que le football en fait partie. Pas seulement pour l’amour du jeu et de ses à-côtés fascinants, mais bien parce qu’ils en disent long sur ce qui se passe chez nous. Comme tous les pays du monde, nous avons une fédération de foot chargée d’organiser et de développer la pratique de cette noble activité sur le territoire dont elle a la charge. Cela inclut normalement le foot scolaire, le foot amateur, le foot féminin et le foot d’élite. Mais chez nous, c’est un peu différent. Tout ce qui les intéresse, c’est de faire briller l’équipe nationale en Coupe du Monde, ou, à défaut, de lui faire gagner une Coupe d’Afrique. Pourquoi ? Pour l’image du pays, dont il faut rappeler qu’elle est l’obsession de toutes nos institutions. Peu leur importent les vertus sociales d’une pratique sportive généralisée ou ses bienfaits pour la santé publique. On s’en fout, on veut juste une équipe nationale performante. Du coup, est…

article suivant

Après la grâce royale, soulagement et appels à “continuer le combat”