Don de sang: au bord de l’anémie

Les réserves de sang ne parviennent pas à satisfaire les demandes. L’absence de donneurs et l’augmentation des besoins laissent planer l’ombre de la pénurie. Le Centre de transfusion de Casablanca cherche du sang neuf.

Par

“Notre stock de sécurité ne couvre que deux jours de besoins”, déplore Amal Darid Ibnelfarouk, directrice du CRTS de Casablanca. Crédit: MAP

Chaque jour, des milliers de Marocains reçoivent en transfusion l’un des trois composants du sang : les concentrés de globules rouges, les plaquettes ou le plasma. Certains, appelés les polytransfusés, souffrent de maladies chroniques et nécessitent plusieurs transfusions par an, voire par mois. D’autres reçoivent des produits sanguins pour pallier une perte brutale de sang ou les effets d’une pathologie sanguine. Cependant, les réserves de ce produit vital ne parviennent pas à satisfaire toutes les demandes, laissant planer l’ombre de la pénurie. Ce 7 octobre, la salle d’attente du Centre régional de transfusion sanguine (CRTS) de Casablanca est bondée. Il est midi et une dizaine de personnes attendent avec impatience la livraison de poches de sang. “Je suis là depuis 8 heures du matin. J’attends qu’on me livre deux poches de sang que le médecin a prescrites pour ma mère hospitalisée dans une clinique. Je ne sais…

article suivant

Benchaâboun : “Il n’est pas logique de dire que l’on continuera à dépenser comme si de rien n’était”