Défaillances d'état civil et carences statistiques : l'Afrique face à ses “invisibles”

Défaillances d'état civil et carences statistiques : l'Afrique face à ses “invisibles”

Du 14 au 18 octobre se tenait la 5e Conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état civil, à Lusaka, capitale de la Zambie. L’occasion de rappeler la nécessité de trouver des systèmes innovants pour mieux gérer les identités juridiques des citoyens du continent, où près d’une personne sur deux n'a pas d'identité légale. Reportage.

Par

Inauguration de la 5e conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état civil, organisée à Lusaka par la Commission économique pour l'Afrique, la BAD et l'Union africaine. Crédit: Brian Brequeville

Les officiels arrivent, la foule se lève dans la salle principale du Centre de conférences international Mulungushi de Lusaka. “Merci à notre seigneur pour ce jour. Qu’il nous guide et place cette conférence sous les meilleurs auspices”, annonce le maître de cérémonie, suivi d’un “Amen” qui retentit à l’unisson.

Chargée d’espoir. Ainsi commence cette 5e conférence des ministres africains chargés de l’enregistrement des faits d’état-civil, conjointement organisée par le gouvernement zambien, la Banque africaine de développement (BAD), la Commission économique pour l’Afrique (CEA) et l’Union africaine (UA). Du 14 au 18 octobre, ministres, secrétaires généraux, présidents d’institutions et experts se sont relayés autour de la thématique méconnue de l’enregistrement des faits d’état civil et des statistiques vitales (CRVS), qui définit l’identité juridique officielle des citoyens d’un pays.

L’audience et les ministres africains chargés des faits d’état civil.
© Economic Commission for Africa

Tous les grands institutionnels étaient présents à l’événement pour cet enjeu de taille : dans le monde, les estimations annoncent plus d’un milliard et demi de personnes qui...

L’accés à l’intégralité de cet article est réservé à nos abonnés

Abonnez-vous à partir de 10DH Déjà abonné ? Identifiez-vous
article suivant

Après la sortie de Pompeo sur les colonies israéliennes, l'ONU recadre le débat

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.