Absences, blessures, faux bond et polémique avant les amicaux des Lions

Absences, blessures, faux bond et polémique avant les amicaux des Lions

Vahid Halilhodzic et ses Lions de l'Atlas ont rendez-vous pour deux nouveaux matchs amicaux. Pour affronter la Libye le 11 octobre à Oujda et le Gabon le 15 du même mois à Tanger, le sélectionneur national doit faire avec plusieurs absences, alors que l'état du groupe inquiète.

Par

Le sélectionneur national Vahid Halilhodzic.

Quand je vous demande si vous avez bien dormi, c’est parce que moi, j’ai dormi un petit peu moins bien. Notre second rendez-vous en octobre est un petit peu compliqué, il y a pas mal de soucis et imprévus.” En entamant ainsi sa conférence de presse du 9 octobre, Vahid Halilhodzic donne le ton. A cause des absences, le sélectionneur a dû revoir ses plans pour les deux prochains matchs amicaux avant d’affronter la Mauritanie le 15 novembre dans le cadre des éliminatoires de la CAN 2021.

Comme “sparring-partners” lors des dates FIFA du mois d’octobre, la Fédération royale marocaine de football (FRMF) a choisi la Libye (le 11 octobre à Oujda) et le Gabon (le 15 octobre à Tanger). Alors que ce rassemblement des Lions devait permettre au sélectionneur de “poursuivre son observation” et essayer de nouveaux systèmes de jeu et d’autres compositions, quelques polémiques sont venues plomber l’ambiance.

Des prémices de changement

Pour disputer les deux matchs amicaux prévus, Vahid Halilhodzic a révélé une liste de 26 joueurs, sans quelques habitués. Nabil Dirar, Younès Belhanda, Sofiane Boufal et Youssef Ait Bennasser ne font pas partie de la liste. Si l’absence du premier est due à une demande personnelle “pour soigner définitivement” une blessure qui le gêne depuis le début de saison, la mise à l’écart de Belhanda et Boufal est surprenante puisqu’ils bénéficient de temps de jeu dans leur club respectif.

Pour justifier l’absence du milieu de terrain du Galatasaray, coach Vahid parle de sa blessure au niveau de la mâchoire. “Il joue depuis quelque temps avec un masque au visage. Je n’allais pas prendre le risque de le faire venir”, a déclaré le sélectionneur national en conférence de presse.

Avec la retraite de Medhi Benatia, la question du capitanat a également été abordée par le sélectionneur. Pour le Bosniaque, le brassard de l’équipe nationale sera attribué au mérite. “Il ne faut surtout pas choisir un leader de groupe négatif”, a poursuivi Halilhodzic. Conscient qu’il est obligé d’opérer des changements avec le départ des cadres comme El Ahmadi, Benatia ou encore M’bark Boussoufa, Vahid demande du soutien et de la patience lors de cette période compliquée de transition, “le temps de reformer un groupe” avec un “nouvel état d’esprit”.

Dans la lignée de ces changements, et au-delà de ses choix technico-tactiques, le nouveau sélectionneur national confie qu’il est derrière la décision de rotation des matchs des Lions de l’Atlas dans différentes villes du Royaume, puisque “l’équipe nationale appartient à tout le monde”.

Le cas par cas signé Vahid

Comme lors du dernier rassemblement au mois de septembre (1-1 contre le Burkina Faso, victoire 1-0 face au Niger), Vahid Halilhodzic doit composer avec plusieurs absences. En conférence de presse, et pour justifier quelques absences de joueurs qui ont suscité des polémiques, le technicien a fait du cas par cas.

Pour Hakim Ziyech, auteur de deux passes décisives le week-end dernier avec l’Ajax Amsterdam, le sélectionneur a précisé qu’il a d’abord refusé que le numéro 7 des Lions quitte le rassemblement en prétextant une fatigue accumulée.

Au début, je voulais qu’il reste jusqu’au bout. Mais après il est venu en toute franchise me parler de son cas. Il m’a dit qu’il ne s’était pas reposé depuis plus d’un an et qu’il avait besoin de repos pour revenir en forme physiquement et mentalement”, a déclaré le sélectionneur. En effet, Hakim Ziyech est l’un des rares joueurs du football mondial à avoir enchaîné les matchs depuis la fin de saison dernière. La CAN 2019 coïncidait avec la trêve estivale, et le joueur de l’Ajax a eu droit à seulement 10 jours de repos avant de reprendre l’entraînement avec son club. Cette trêve internationale est une occasion pour lui de reprendre des forces, surtout que les Néerlandais enchaîneront directement avec la reprise de la Ligue des Champions et des matchs très relevés. D’après une source proche des Lions, le groupe a soutenu la requête de la vedette de l’équipe nationale, ce qui a poussé coach Vahid à accepter que Ziyech quitte le rassemblement le 9 octobre.

Taarabt, également incertain, a tenu à être présent avec l’équipe nationale, malgré la tentative de son club, le Benfica Lisbonne,  de l’en dissuader afin de prendre du repos après un début de saison tonitruant. Selon nos sources, Vahid a précisé au groupe qu’il ne refuserait jamais le repos d’un joueur pour son bien personnel, à condition que ce dernier se donne au maximum lors des matchs à enjeu.

Pour la pépite du PSV Eindhoven, Mohamed Ihattaren, le sélectionneur demande de la patience, car son cas est très compliqué. Très courtisé par les Pays-Bas, le Maroco-néerlandais a un choix difficile à faire, à l’instar de Hakim Ziyech il y a quelques années. L’une des révélations du football européen cette saison a besoin de temps pour prendre la bonne décision pour sa carrière, à en croire le sélectionneur, surtout qu’il passe par une phase compliquée après avoir perdu son père la semaine dernière.

D’ailleurs, le président de la Fédération royale marocaine de football était présent pour les funérailles ce 10 octobre dans la province d’Al Hoceima.

Fouzi Lekjâa, le président de la FRMF, au centre de l’image lors des funérailles du père de Mohamed Ihattaren, le 10 octobre à Al Hoceima.

Quant au cas de Selim Amallah, le milieu de terrain du Standard de Liège, coach Vahid dément toutes les rumeurs qui circulent autour de son hésitation entre le Maroc et la Belgique, confirmant qu’il est victime d’une commotion cérébrale et qu’il attend le feu vert des médecins.

Devant les caméras, le technicien a évoqué les blessures de certains éléments en donnant des précisions sur deux cas particuliers, celui de Abderrazak Hamdallah, absent depuis l’affaire du “penaltygate” et Kévin Malcuit qui a finalement décliné la convocation des Lions.

Malcuit chassé par des Tweets

Si jamais un joueur refuse de venir en équipe nationale, il n’en fera plus jamais partie tant que je suis sélectionneur”, précise le sélectionneur avant d’expliquer dans le détail pourquoi Kevin Malcuit a finalement refusé la convocation des Lions de l’Atlas.

J’ai parlé à des joueurs et ils m’ont confié la décision de Kevin Malcuit de jouer pour le Maroc. J’ai vu quelques matchs, c’est un bon joueur que je connais bien”, a d’abord déclaré le sélectionneur avant d’exposer les raisons qui ont poussé le joueur du SSC Napoli à refuser de porter le maillot des Lions. “Sur les réseaux sociaux, les gens le blâmaient parce qu’il a déjà refusé de jouer pour le Maroc à l’époque, ce qu’il n’a pas apprécié et l’a poussé à se rétracter. Il m’a appelé ensuite et m’a fait part de son refus”, a-t-il ajouté.

En effet, la convocation du latéral droit napolitain n’était pas du goût des supporters marocains. Alors que le joueur avait déjà déclaré sa flamme à l’équipe de France, le désintérêt de Didier Deschamps l’a poussé à changer d’avis concernant sa nationalité sportive. En juin 2017, alors qu’il était joueur de l’AS St-Etienne, il s’était livré dans les colonnes de So Foot :

Entre l’équipe de France et celle du Maroc, j’ai une préférence pour la France. Je sais que ça va être compliqué d’y arriver, mais bon. J’ai reçu une préconvocation, je sais que le sélectionneur me regarde…”

Hamdallah banni à tout jamais?

L’affaire Abderrazak Hamdallah continue quant à elle de faire jaser. Alors que son nom était pressenti pour faire partie de la liste définitive du sélectionneur pour les prochains matchs amicaux, l’ancien joueur de l’Olympique de Safi aurait refusé de répondre favorablement à la convocation du sélectionneur. Si ce dernier applique ses propos concernant ceux qui déclinent la convocation, Abderrazak Hamdallah pourrait définitivement dire adieu à sa carrière internationale.

Merci de m’avoir appelé. Mais je ne viendrai pas, ne comptez pas sur moi” aurait écrit la vedette d’Al Nasr à Vahid Halilhodzic qui confie l’avoir placé dans sa liste élargie avant de recevoir un SMS, alors qu’il était avec Mustapha Hadji. Une heure après la diffusion de la conférence de presse sur les réseaux sociaux, l’attaquant Hamdallah a répondu sur les réseaux sociaux.

Dans une story Instagram, le joueur dément les paroles du sélectionneur. “Je tiens à démentir toutes ‘les informations’ qui circulent autour de mon refus de porter le maillot national. Je n’ai pas reçu de convocation, ni de la FRMF ni de la part du sélectionneur”, a publié le coéquipier de Nordine Amrabat en club.

La fédération n’a pas réagi au propos du joueur qui avait quitté la sélection, à quelques jours de la CAN 2019, suite à une histoire de penalty qui avait mené à une altercation avec Fayçal Fajr et le reste du groupe. La FRMF avait justifié le départ du joueur par une blessure au niveau du dos, avant que ce dernier ne publie une vidéo de lui en train de s’entraîner dans une salle de sport, en pleine forme.

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc “tel qu’il est” a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

L'écrivain et réalisateur franco-afghan Atiq Rahimi fait son cinéma

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.