Remaniement, les sortants : Anas Doukkali a-t-il tout perdu ?

Remaniement, les sortants : Anas Doukkali a-t-il tout perdu ?

Sans grande surprise compte tenu du retrait de la coalition gouvernementale du PPS, Anas Doukkali n'est plus ministre de la Santé dans le nouvel Exécutif formé par le roi ce 9 octobre. En deux ans à la tête du portefeuille, l'homme a fait face à de nombreuses crises et vu sa cote politique se fragiliser après l'annonce de sa démission du bureau politique du PPS.

Par

Anas Doukkali, ancien ministre de la Santé, ancien PPS. Crédit: Rachid Tniouni/TELQUEL

A l’image de ses derniers moments au ministère, le mandat d’Anas Doukkali a connu de nombreux tumultes à la tête d’un secteur en colère, en proie aux crises. Hissé au poste de ministre de la Santé en janvier 2018, il a manœuvré à vue entre blocages du personnel médical et pénurie de médicaments, d’infrastructures et de réformes.

Anas Doukkali était attendu pour mettre sur pied les grandes lignes du Plan de Santé, Vision 2025. Ses principaux chevaux de bataille : l’élargissement de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) et de la couverture sociale universelle à la quasi-intégralité des Marocains, elle qui ne concerne finalement que 64 % de la population.

Malgré des avancées, les réformes patinent. L’accès aux soins reste inéquitable avec 0,6 consultation de médecine générale par habitant chaque année, alors que la pénurie de ressources humaines reste prégnante : on recense seulement 1,51 professionnel de santé pour 1 000 habitants… contre un objectif de 4,45.

Anas Doukkali figure parmi les plus grands perdants de ce remaniement. Et pour cause, c’est l’avenir politique de l’homme âgé de 46 ans qui est désormais en question. Démissionnaire du bureau politique du PPS après avoir vigoureusement fait part de sa désapprobation quant au retrait du parti au sein de la coalition gouvernementale, il pourrait se retrouver de plus en plus isolé.

Contacté par TelQuel, le secrétaire général du PPS Nabil Benabdellah avait fait part d’une “série de mesures disciplinaires” prises en interne sans pour autant en évoquer la forme. Les récentes déclarations d’Anas Doukkali laissent pourtant penser qu’il pourrait briguer la tête du parti en vue de préparer 2021. “Ma démission ne veut pas dire que je quitte le PPS, bien au contraire, annonçait-il dans des propos relatés par Médias24. J’appelle d’ailleurs à la convocation d’un congrès extraordinaire pour donner la parole à tous ceux qui ont été négligés (femmes et jeunes) et pour redresser la situation politique du parti.” Suicide politique ou pari risqué ?

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc “tel qu’il est” a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

Avec la victoire de Boris Johnson, tout reste à jouer pour l'économie britannique

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.