Conférence- débat: Nour-Eddine Saïl, l’homme qui sème

Invité dans le sillage de la 2e édition du festival Ciné-ville de Casablanca (24-28 septembre), le philosophe-cinéaste s’est prêté à une séance conférencière dont il maîtrise l’essence. Résultat : deux heures d’un intéressant monologue et une autre d’un débat curieux. “Conte” rendu de mémoire.

Par

Nour-Eddine Saïl, philosophe-cinéaste. Crédit: YASSINE TOUMI/TELQUEL

S’armant d’un langage simple mais explicite, cet orateur tous terrains agit dans les profondeurs d’un discours lourd de messages. Il y a quelque temps, il entretient une fougueuse jeunesse lors du festival du cinéma casablancais dédié à l’étudiant, jouant le jeu du master class. Outre ses féconds conseils de grand frère, il insiste, le rictus voilé: “Si vous voulez déflorer ce métier, maîtrisez au moins trois langues, quatre c’est mieux.” Bien entendu, dans ses pans d’accompagnement, il y a des références et de belles histoires à secouer l’assistance. On se demande, aujourd’hui, ce que ces aspirants deviennent après leur flirt avec l’intransigeance d’un routier pluriel. Samedi 28 septembre 2019, sa présence passe les habits de la rencontre-débat. Nour-Eddine Saïl est là, sur scène, flanqué du modérateur Hassan Narais, journaliste-écrivain-critique et gentil râleur aimé aussi par ses détracteurs….

article suivant

L'annonce de certaines mesures dernièrement ne signifie guère la levée de l’état d’urgence sanitaire (Laftit)