Pourquoi le PPS veut quitter le gouvernement

Pourquoi le PPS veut quitter le gouvernement

Le bureau politique du Parti du progrès et du socialisme (PPS) a décidé, le 1er octobre à l'unanimité, de se retirer du gouvernement à l'approche d'un remaniement ministériel, et a annoncé son intention de soumettre sa décision pour approbation au Comité central du PPS qui doit se réunir vendredi.

Par

Nabil Benabdellah, secrétaire général du PPS. Crédit: Tniouni / TelQuel

Le PPS a constaté avec regret que le gouvernement reste, depuis son investiture, prisonnier d’une logique de gestion en manque d’inspiration politique lui permettant de mener à bien l’étape actuelle et les dossiers qui s’imposent”, a expliqué le bureau politique dans un communiqué.

Or, a-t-il ajouté, “un climat négatif de mésentente a marqué les relations entre les composantes de l’exécutif, des relations qui sont caractérisées par des pratiques politiciennes inadmissibles”. “A cet égard, l’esprit de compétition électoraliste a pris le pas sur toute autre chose dans la perspective de l’échéance des législatives de 2021, un état de fait qui a semé un sentiment de désespoir chez de larges franges de la société qui ont perdu confiance dans l’action politique”, souligne le communiqué.

Le bureau politique pointe du doigt aussi l’incapacité du gouvernement à répondre positivement et avec célérité aux revendications sociales pressantes de certaines catégories sociales, au moment où la croissance économique est clairement au ralenti.

Sans oublier, a-t-il poursuivi, que l’actuel modèle de développement semble incapable d’apporter des réponses appropriées aux problématiques posées en termes d’économie et de justice sociale et spatiale.

Cette situation n’a fait qu’accentuer les sentiments de malaise et d’attentisme chez un large pan de la société, un constat périlleux contre lequel le PPS avait mis en garde à maintes reprises et alerté sur le danger qui plane sur l’avenir du pays et le projet de réforme escompté.

Le parti a en outre considéré que “l’exécutif n’a pas réussi à assumer politiquement un certain nombre d’initiatives et de mesures de réforme, de sorte à garantir l’adhésion effective des catégories sociales concernées et à mobiliser l’opinion publique autour du projet de réforme en faveur duquel s’est engagé le gouvernement”.

Le PPS note avec fierté les contenus importants des discours royaux prononcés dernièrement, lesquels invitent le gouvernement à adopter des initiatives en vue de concrétiser les réformes requises dans divers domaines, notamment ceux liés directement à la vie quotidienne des citoyens”, relève le communiqué, notant que l’exécutif “n’a pas été au rendez-vous”.

Le discours du Trône de 2019, poursuit le PPS, “représente une étape essentielle en ce sens que SM le Roi a dressé un diagnostic des défaillances de l’action gouvernementale et insisté sur l’impératif de traiter avec sérieux la problématique de la création des richesses et des emplois ainsi que la question de la justice sociale et spatiale. C’est sur cette base que le Souverain a appelé à opérer des changements au niveau des postes de responsabilité au sein du gouvernement et de l’administration”.

C’est ainsi que depuis le début des concertations menées par le chef du gouvernement sur le remaniement ministériel, le PPS a veillé à donner la priorité de la dimension politique dans tout remaniement qui doit être fondé sur un programme ambitieux de réforme, porté par une volonté politique et une présence continue sur le terrain à même d’enclencher la mobilisation escomptée”, a-t-il poursuivi.

Dans le même contexte, le PPS a déploré que les concertations s’inscrivent dans une logique d’attribution des portefeuilles ministériels, sans entrer dans le vif du sujet, dans la mesure où il n’y aurait pas de réforme sans conception politique claire, sans programme gouvernemental ambitieux et sans volontarisme dans la conduite de la réforme.

Partant de ce constat, le bureau politique du parti considère que la situation actuelle de la majorité n’est pas de bon augure dans la perspective de l’année électorale 2021. Face à cet état de fait, le gouvernement ne semble pas en mesure de s’acquitter de ses lourdes missions ni de répondre de manière adéquate aux directives royales relatives au remaniement ministériel, conclut le communiqué.

Avec MAP

 

Pendant que vous êtes là…

Pour continuer à fournir de l’information vérifiée et approfondie, TelQuel a besoin de votre soutien à travers les abonnements. Le modèle classique de la publicité ne permet plus de financer la production d’une information indépendante et de qualité. Or, analyser notre société, réaliser des reportages et mener des enquêtes pour montrer le Maroc « tel qu’il est » a bel et bien un coût.

Un coût qui n’a pas de prix, tant la presse est un socle de la démocratie. Parce qu’à TelQuel nous en sommes convaincus, nous avons fait le choix d’investir dans le journalisme, en privilégiant l’information qui a du sens plutôt que la course aux clics. Pour cela, notre équipe est constituée de journalistes professionnels. Nous continuons aussi à investir dans des solutions technologiques pour vous offrir la meilleure expérience de lecture.

En souscrivant à une de nos formules d’abonnement, vous soutenez ces efforts. Vous accédez aussi à des avantages réservés aux abonnés et à des contenus exclusifs. Si vous êtes déjà abonné, vous pouvez continuer à encourager TelQuel en partageant ce message par email


Engagez-vous à nos côtés pour un journalisme indépendant et exigeant

article suivant

TelQuel recrute des Product Managers

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.