Air Arabia Maroc ouvre sa dixième agence commerciale à Tétouan

Air Arabia Maroc, leader du transport aérien à bas coût dans la région, a annoncé l’ouverture d’une nouvelle agence commerciale à Tétouan. Située sur l’avenue Mohamed El Yazidi, l’agence va permettre à la compagnie de mieux répondre aux besoins de ses clients en leur proposant des services de proximité six jours par semaine.

Air Arabia Maroc, leader du transport aérien à bas coût dans la région, a annoncé l’ouverture d’une nouvelle agence commerciale à Tétouan. Située sur l’avenue Mohamed El Yazidi, l’agence va permettre à la compagnie de mieux répondre aux besoins de ses clients en leur proposant des services de proximité six jours par semaine.

(Ce contenu est une communication d’entreprise. il n’a pas été rédigé par les journalistes de TelQuel)

Les horaires d’ouverture de cette nouvelle agence sont les suivants : du lundi au vendredi de 09 :00 à 19 :00 et le samedi de 09 :00 à 13 :00. Il s’agit de la dixième agence ouverte par la compagnie après celles de Casablanca, de l’aéroport Mohamed V, de Fès, de Marrakech,  de Nador, de Rabat, de Tanger, de l’aéroport Ibn Batouta et de Dakhla.

Au nord du Maroc, Tétouan a longtemps été un centre culturel et marchand d’importance du fait de sa position stratégique entre deux continents, face au détroit de Gibraltar. Classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour sa valeur exceptionnelle, la médina de la ville est l’une des plus belles de la région.

Avec dix agences commerciales, Air Arabia Maroc permet à ses clients de réserver des vols et d’acheter des billets ainsi que de profiter des informations et renseignements disponibles sur les vols, les offres promotionnelles, les services de navettes, les bagages et les services à bord des avions de la compagnie.

De plus, Air Arabia Maroc propose à ses clients un centre d’appels disponible tous les jours 24/24 afin de les aider et de les conseiller dans le cadre de leurs réservations, ou de les informer sur ses services les plus avantageux.

article suivant

Statut des enseignants contractuels : les syndicats et le ministère se renvoient la balle