L'Intérieur nie avoir autorisé la construction d'un mémorial dédié à la Shoah

Plusieurs médias marocains et même étrangers ont annoncé la construction dans la région de Marrakech-El Haouz, d'un mémorial de l'Holocauste qui rendrait également hommage aux victimes issues de  la communauté LGBTQ. Une rumeur démentie par les autorités ce lundi. 

Par

Le week-end dernier, une rumeur a fait jaser sur la toile marocaine. Une information relative à la construction d’un mémorial de l’Holocauste dans la région de Marrakech a été largement relayée sur les réseaux sociaux et reprise par de nombreux médias marocains et étrangers. Le mémorial, selon ces informations, devait être construit dans la localité d’Aït Faska, à une quarantaine de kilomètres de Marrakech. Le lieu, dont la construction devait être assurée par l’ONG Pixel Helper, devait également rendre hommage aux victimes de la communauté LGBTQ.

Face à l’emballement suscité par la nouvelle, la réaction des autorités n’a pas tardé. “Les informations véhiculées par certains sites électroniques et sur des réseaux sociaux au sujet de l’établissement d’un projet par un ressortissant étranger comprenant un musée et plusieurs installations ainsi qu’un mémorial sous forme de tableaux artistiques, dans la commune d’Aït Faska (province d’Al Haouz) sont dénuées de tout fondement, ont indiqué les autorités locales de la province d’Al Haouz”, indique le communiqué du ministère de l’Intérieur.

“Les services compétents dans cette province n’ont accordé aucune autorisation pour l’établissement d’un projet de ce genre”, précisent les mêmes sources. “L’établissement d’un tel projet obéit aux procédures réglementaires et requiert l’obtention des autorisations administratives en vigueur”, ajoute le document, qui dément ainsi les déclarations faites par le “porteur du projet” qui insistait sur le fait d’avoir obtenu toutes les autorisations nécessaires pour débuter les travaux de construction.

article suivant

Statut des enseignants contractuels : les syndicats et le ministère se renvoient la balle