“Les commerçants du Marché central ne savent même pas ce qu’est un marché gastronomique”

“Les commerçants du Marché central ne savent même pas ce qu’est un marché gastronomique”

Le projet de requalification du Marché central de Casablanca en espace gastronomique, lancé par la SDL Casa Aménagement, fait face à la résistance des commerçants. Ces derniers exigent “plus de visibilité sur les objectifs du projet ”.

Par

Yassine Toumi/TelQuel

Les commerçants de l’historique Marché central de Casablanca sont en colère. Le jeudi 8 août, l’Association des commerçants du marché central a rassemblé ses troupes pour organiser un sit-in de protestation à l’occasion de la visite d’une commission de la Société de développement local (SDL) Casa Aménagement. Cette visite, qui s’inscrit dans le cadre de l’appel d’offres lancé par la SDL pour le choix du bureau d’études qui fera l’état des lieux avant la restauration, a été annulée in extrémis “à cause de la forte mobilisation des commerçants, particulièrement sur les réseaux sociaux, pour barrer la route à ce projet dont les objectifs ne sont pas divulgués”, explique Abdellah Akkouri, président de l’Association des commerçants du marché central.

À l’origine de cette contestation, l’absence totale de communication entre le Conseil de la ville de Casablanca, Casa Aménagement (maître d’ouvrage délégué) et les commerçants. “Il y a environ cinq mois, le président de la commune de Sidi Belyout a contacté l’Association pour solliciter sa collaboration avec Casa Aménagement pour mieux conduire le chantier de requalification du marché. Quelques jours après, des représentants de la société se sont déplacés au marché pour prélever des échantillons de murs, toits et sols en vue de les analyser”. Il poursuit, indigné : “Alors que nous attendions les résultats de cette expertise, on découvre la publication d’un appel d’offres portant sur la réhabilitation du marché, sans aucune consultation préalable avec l’Association”.  

Après le lancement de l’appel d’offres, les membres de l’Association des commerçants du marché central ont tenté de contacter les différents responsables de la métropole, notamment le président du conseil de la ville, Abdelaziz El Omari, ainsi que des responsables communaux, en vain. “Nous ne sommes pas contre la réhabilitation du marché central, au contraire, c’est l’une des revendications des commerçants. Nous exigeons, néanmoins, plus d’informations sur les détails de ce projet en cours. Actuellement, les commerçants sont plus préoccupés par l’avenir du marché que pour leurs propres commerces, et c’est contreproductif”, martèle notre interlocuteur.

Selon le site de la SDL, le cabinet d’étude aura pour mission de faire un état des lieux du marché central de Casablanca avant sa restauration, moyennant un budget estimé à 4,5 millions de dirhams. Ce dernier sera “réhabilité en marché gastronomique répondant aux normes internationales, dans le cadre de la requalification et de la mise en valeur du quartier art déco de Casablanca”.

Pour Abdellah Akkouri, “la plupart des commerçants ne comprennent même pas ce qu’est un marché gastronomique. En tant que représentants des commerçants, on reçoit des questions en boucle : ‘Allons-nous garder nos commerces ?’,  ‘Serions-nous amenés à changer de métier ?’, ‘Combien de temps dureront les travaux ?’… Et nous n’avons pas de réponses car, nous même, nous ne sommes pas du tout informés ». TelQuel a essayé de joindre les différents responsables du projet, notamment le Conseil de la ville et le directeur de Casa Aménagement, pour obtenir des réponses à ces questions. Nos sollicitations sont restées sans réponses.

article suivant

 Trois bourdes à retenir de Hassan Abyaba, porte-parole du gouvernement  

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.