Agadir : une nappe d'hydrocarbures pose la question de la surveillance des activités portuaires

Agadir : une nappe d'hydrocarbures pose la question de la surveillance des activités portuaires

Des traces d'huile destinée à la vidange de moteurs ont été découvertes non loin de la plage d’Agadir. Une enquête a été ouverte pour déterminer les causes de l’incident. L'incident vient également réveiller les problèmes relatifs à la qualité des eaux dans la zone.

Par

Des taches de couleurs sombres, accompagnées d’un bidon flottant au large de la plage d’Agadir ont retenu l’attention des nageurs, ce dimanche 4 août. Crédit: Page Facebook de l'association "Paysages"

Des taches de couleurs sombres, accompagnées d’un bidon flottant au large de la plage d’Agadir ont retenu l’attention des nageurs, ce dimanche 4 août. Les vacanciers ont aussitôt alerté les autorités compétentes et une enquête a été ouverte le jour même par la brigade de l’environnement de la gendarmerie afin de déterminer les causes de l’incident.

Même si l’origine de la pollution n’est pas encore connue, l’association “Paysages”, spécialisée dans les questions environnementales a, quant à elle, publié un message hier, sur sa page Facebook. “Nous ne savons pas encore précisément ce qu’il s’est passé et attendons toujours les résultats des analyses et relevés d’empreintes”, explique Rachid Fassih, président de l’association. “Il s’agirait d’huile destinée à la vidange de moteurs, qui se serait échappée d’un bidon pouvant contenir une vingtaine de litres. Environ cinq d’entre eux ont été déversés dans la mer.

أكادير في 04 غشت 2019تقرير بيئي عاجل:شاطئ أكادير يتعرض لفعل إجرامي بيئي يعبث بقوانين حماية السواحل:زيوت سوداء تطفو…

Publiée par Association Paysages de l' environnement et de la Culture sur Dimanche 4 août 2019

Des quantités minimes mais non sans risque, comme indiqué par le président de l’association : “C’est nuisible pour l’environnement, la qualité d’eau et de la plage en général. De plus, le déversement de produits et liquides dangereux est formellement interdit par la loi de protection du littoral.

Même si l’impact de l’incident est limité au vu de la faible quantité d’hydrocarbures déversée, le problème de la qualité des eaux dans la zone du Grand Agadir se pose cependant de manière plus globale. “Cela fait maintenant deux ans que la commune ne dispose plus du label international “Pavillon bleu”, attribué par la Fondation Mohammed VI pour l’environnement”, explique le président de l’association.

Respect des normes environnementales

Afin d’obtenir la fameuse distinction, plusieurs critères sont pris en compte : la qualité des eaux de baignade, l’information et la sensibilisation aux questions environnementales, mais également l’hygiène ou l’aménagement et la gestion des plages. Un label destiné “aux plages qui respectent les normes environnementales”, résume le président de l’association.

Pour Rachid Fassih, les problèmes relatifs à la qualité des eaux dans la zone résultent en partie de “la proximité de la plage avec le port d’Agadir”. “Les professionnels ne font pas forcément attention et il y a parfois un déversement de produits dangereux. Le problème provient également des diverses embouchures qui transportent des déchets plastiques en provenance de décharges sauvages lointaines, vers la plage d’Agadir”, explique-t-il.

L’association “Paysages” souhaite aujourd’hui “sensibiliser les professionnels et responsables politiques afin de trouver des solutions au problème de la qualité des eaux”, poursuit Rachid Fassih. “Malheureusement, l’incident survenu dimanche témoigne d’un manque de surveillance des activités portuaires”, regrette-t-il.

article suivant

Malgré le remaniement, les clashs entre PJD et RNI persistent

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.