Pour Amnesty, les autorités ont eu recours à une “force excessive” à Laâyoune  

Pour Amnesty, les autorités ont eu recours à une “force excessive” à Laâyoune  

Selon l’ONG Amnesty, les forces de sécurité marocaines ont eu un « recours excessif à la force contre des manifestants et manifestantes sahraouis » qui célébraient à Laâyoune la victoire de l’Algérie à la CAN, le 19 juillet dernier. Au centre des accusations, la mort dans des circonstances encore floues de Sabah Njourni.

Par

Les « autorités marocaines doivent ouvrir une enquête impartiale et efficace sur le recours excessif à la force par les forces de sécurité, à Laâyoune, contre des manifestants et manifestantes sahraouis qui célébraient la victoire de l’équipe de football d’Algérie à la Coupe d’Afrique des nations le 19 juillet », demande Amnesty International dans un communiqué diffusé le 1er août. L’organisation internationale a, en effet, analysé des vidéos et recueilli des témoignages indiquant que les forces de l’ordre, très présentes dans les rues et les cafés durant le match de football, « avaient eu recours à une force excessive, jetant des pierres pour disperser la foule des manifestant(e)s et déclenchant des heurts ».

Selon deux témoins cités par Amnesty, Sabah Njourni, une jeune femme de 24 ans, a été tuée, fauchée par deux véhicules des forces auxiliaires marocaines. « Des éléments probants laissent à penser que la réaction des forces de sécurité marocaines aux manifestations sahraouies, qui avaient commencé de manière pacifique, a été excessive et a provoqué de violents affrontements qui auraient pu être et devraient avoir été évités », a déclaré Magdalena Mughrabi, directrice adjointe pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient à Amnesty International, demandant la traduction en justice de « toute personne soupçonnée d’en être responsable ».

Les circonstances autour du décès de Sabah Anjori, étudiante de 24 ans, ne sont pas encore claires. Cette jeune femme s’est retrouvée fauchée, dans la nuit du 19 juillet, « par un véhicule antiémeute alors qu’elle traversait une avenue après avoir quitté un institut de langue où elle enseignait l’anglais à des enfants », rapportait l’agence de presse espagnole EFE le lendemain de l’accident. Contactée par TelQuel, une source autorisée à la DGSN avait affirmé que « l’enquête est toujours en cours pour déterminer les causes de l’accident ». De son côté, la wilaya de la région Laâyoune-Sakia-El Hamra avait expliqué que « dès la fin du match, un groupe d’individus incités par des parties ennemies a exploité le climat de célébrations spontanées par les citoyens pour commettre des actes de sabotage et de pillage obligeant les forces publiques à intervenir pour assurer la protection des biens privés et publics ». Et d’ajouter qu’« une enquête est en cours sous la supervision du parquet compétent pour élucider les circonstances de ce décès ».

Selon Amnesty, « les témoignages et les vidéos montrent que les forces de sécurité marocaines sont intervenues en lançant des pierres et ont utilisé des lanceurs de balles de défense, des gaz lacrymogènes et des canons à eau pour disperser les manifestants. Ceux-ci ont réagi en renvoyant les pierres sur les policiers ». Selon des sources citées par l’ONG, jusqu’à 80 personnes auraient été blessées, mais « leur nombre exact reste difficile à déterminer car beaucoup ne sont pas allées se faire soigner à l’hôpital, par crainte des représailles ».

D’autres témoins ont raconté que « les forces auxiliaires marocaines avaient commencé à poursuivre des supporters avec des véhicules de police et, selon un témoignage, avaient renversé au moins trois personnes ». Au moins deux personnes ayant assisté à la mort de Sabah Njourni ont indiqué qu’ « elle avait été heurtée par deux véhicules des forces auxiliaires, qui avaient accéléré en sa direction et ne s’étaient pas arrêtés pour lui porter secours ou vérifier comment elle allait ».

En outre, des images satellite analysées par Amnesty International et recoupées avec des vidéos filmées au moment où la jeune femme a été renversée « montrent qu’elle se trouvait sur un passage piéton ou juste à côté ». « La mort de Sabah Njourni semble résulter directement du manque de retenue de la police. Il est crucial que l’enquête annoncée par les autorités marocaines au sujet de ce décès soit exhaustive, impartiale et efficace, et que ses conclusions soient rendues publiques. Tout membre des forces de sécurité identifié comme responsable de la mort de cette jeune femme doit être traduit en justice », a encore déclaré Magdalena Mughrabi.

article suivant

“Monsieur Wahid” : itinéraire d'un miraculé faiseur de miracles

Engagez-vous à nos côtés, pour un journalisme indépendant et exigeant.
Abonnement 100% numérique.

Tout TelQuel en illimité

Accédez à tous nos articles sur
ordinateur, tablette et mobile.

Les alertes confidentielles

Recevez par mail, les informations
confidentielles, en avant-première.

Le magazine en numérique

Recevez le magazine TelQuel en format
numérique en avant première.

Abonnement 100% numérique, à partir de 10DH le premier mois, puis 49DH par mois.