Triste comme une rentrée des classes

Par Fatym Layachi

Ca y est, les vacances se terminent. Tu tentes de prolonger l’été en profitant des terrasses. Tu entretiens ton summer glow à coups de Terracota. Tu ne te sens pas prête à aller couper tes pointes blondies par le soleil et l’eau de mer. Tu aimes jouer les prolongations, ou au moins en donner l’impression. Mais pourtant tu dois l’admettre, c’est la reprise, la rentrée.

Tu as l’impression que vos vies, à tes concitoyens et toi, sont rarement 
une priorité

Tout autour de toi te le rappelle. Même quand tu vas acheter tes clopes, tu ne peux pas éviter ces dizaines de cartables bien mis en évidence. Ta belle-sœur noie le groupe WhatsApp familial de photos de ses bambins le jour de la rentrée des classes, pour bien montrer à quel point ses gamins sont beaux mais aussi intelligents. Toi, cette ambiance studieuse où on est censé être inspiré et avoir de bonnes idées t’angoisse au plus haut point. Tu n’as absolument aucune idée de comment va se passer cette année. Tu ne sais pas du tout si tu…

article suivant

Le CCME porte plainte contre le journal espagnol "El Mundo"