Zakaria Boualem sait comment combattre le hrig

Par Réda Allali

Il paraît que nous avons battu tous les records en termes de hrig cette année. Telle est l’information que Zakaria Boualem a lue sur des supports respectables, et qui l’a plongé dans la plus grande perplexité. Peu convaincus par les glorieuses perspectives prévues pour notre pays, dont l’accession aux lumières de la félicité est imminente, ils ont été des milliers à embarquer sur d’improbables rafiots pour rallier les côtes européennes avec des fortunes diverses. Il faut ajouter à ces cohortes d’aventuriers ceux qui envoient tranquillement leurs épouses accoucher de l’autre côté. Sans oublier ceux qui partent pour étudier à l’étranger avec la ferme intention de rester sur place sans le moindre état d’âme. Un geste technique autrefois considéré comme une sorte de félonie et salué aujourd’hui par les parents comme une preuve incontestable de lucidité. Les plus fortunés demandent même à leurs rejetons de voir grand question logement, avec l’idée de les rejoindre pour leurs vieux jours. Les autres, ceux qui sont restés ici, ont l’air d’être perdus dans une…
article suivant

Le Maroc entre Balzac et Zola