Comment arpenter le paysage?

Géopoétique. Dans une ballade intime et érudite, Martin de la Soudière évoque les écrivains amoureux de la montagne.

Par

Dans l’immense famille des écrivains marcheurs et “toposensibles”, c’est-à-dire attentifs au paysage, l’ethnologue français Martin de la Soudière distingue trois groupes. Il y a d’abord les pèlerins, simples randonneurs ou “écrivains-voyageurs patentés”. Mais, estime-t-il : “Leur engagement à mon goût trop volontariste, la valorisation de l’effort voire de la souffrance comme vertu, en tout cas par une volonté trop explicite de se surpasser, la leçon de morale que certains d’entre eux entendent nous donner, bref, l’état d’esprit qui souvent les anime et les pousse à marcher ne m’attire pas.

Martin de la Soudière est ethnologue au CNRS et à l’EHESS en France, spécialiste des dimensions sensibles du monde rural. Il est l’auteur d’Au bonheur des saisons (Grasset, 1999) et de Poétique du village (Stock, 2010).Crédit: DR

Il y a aussi ceux qui… ne marchent pas. Mais ceux qui ont la préférence de Martin de la Soudière, ce sont les “adeptes de la…

article suivant

Trois questions à Nizar Baraka sur la sortie de crise