Dans le sens du poil

Par Fatym Layachi

Tu ne sais plus très bien si les jours s’allongent encore ou s’ils ont déjà commencé à raccourcir. Tu ne maîtrises pas vraiment les solstices. Tu as déjà du mal à maîtriser les horaires de tes cours de yoga, tu ne vas pas en plus retenir le calendrier des rotations de la terre. Ça te dépasse totalement. Tu as toujours eu du mal avec ce qui est trop conceptuel. Ce dont tu es sûre par contre, c’est que tes soirées sont de plus en plus longues et que tu mets de plus en plus de temps à t’en remettre. Les lendemains chantent de moins en moins. Et d’un autre côté, ce qui raccourcit avec certitude, ce sont tes journées au boulot. Vu qu’il fait beau, tout le se monde est partant pour “se retrouver tôt, c’est plus agréable, il fait jour tellement tard, profitons-en”. Pour ce qui est d’en profiter, tes potes et toi, vous en profitez vraiment. Ça au moins c’est tangible, c’est palpable. Et toi, tu aimes les choses concrètes. Tu es comme ce vieil oncle qui, dans sa…

article suivant

Le gouvernement prévoit une croissance à 3,7% pour 2020