CNDH : Mounir Bensalah, un virage droit dans ses bottes

Ingénieur, bloggeur et fervent militant des droits de l’homme, le nouveau secrétaire général du Conseil national des droits de l’homme est un militant de la première heure. Désormais propulsé dans une institution d’État, il entend bien mettre en application ce qu’on lui a souvent reproché : faire bouger les lignes de l’intérieur.

Par

Peut-être est-on un poil désabusés des cheminements en politique, mais la question continue de nous tracasser : est-il encore possible de porter ses idéaux politiques de jeunesse, une fois dans le rang des institutions ? À voler plus près du soleil, ne risque-t-on pas de s’y brûler les ailes, façon Icare, et s’exposer gratuitement aux critiques ? Mounir Bensalah a tout de même choisi cette voie. À 40 ans, le voilà numéro 2 du Conseil national des droits de l’homme (CNDH), nommé le 19 juillet par Mohammed VI. Un premier mandat quinquennal au sein d’un organisme d’État pour cet ex-militant du 20-Février, biberonné auparavant au socialisme façon USFP et précurseur de la blogoma, à la fin des années 2000. Un prototype d’engagement qui ouvre une nouvelle parenthèse. Avec lui, le…

article suivant

Le Gouverneur de la préfecture d’arrondissements de Casablanca-Anfa relevé de ses fonctions