Zakaria Boualem: La chronique du Guercifi le plus célèbre de la planète

Par Réda Allali

 

Il y a pire qu’une défaite : les affreux commentaires qui l’accompagnent.

Une nouvelle fois, notre glorieuse équipe nationale s’est crashée en beauté, précipitant les plus fervents de ses supporters dans un état de torpeur connu mais toujours aussi douloureux. Il faut dire que les bougres savent concocter à chaque nouvelle sortie un scénario qui optimise la violence du choc. La cuvée 2019, donc, a consisté à aligner trois victoires au cours du premier tour avant de s’écraser lamentablement en huitième de finale contre une équipe qui n’avait jamais gagné le moindre match et qui a terminé avec dix joueurs. On ne se contente pas de perdre, non, on se débrouille pour maltraiter ses supporters. Le Boualem voudrait bien jouer les blasés. Après tout, depuis qu’il habite dans ces pages, il a commenté pas moins de dix coupes d’Afrique avec à la clé neuf déceptions. Mais, allez savoir pourquoi, il ne s’y habitue toujours pas. Il faut dire qu’il y a pire qu’une défaite :…

article suivant

La triste situation des prisons marocaines