Paradoxal système

Par Aicha Akalay

Il a ce ton très paternel, la bienveillance des anciens. Avec une petite prière pour vous et vos proches à la fin de chaque conversation. Driss Jettou est aimable. Tout le monde – ses équipes, les syndicats, l’opposition, le patronat, les médias – appréciait sa personnalité et sa manière de faire. Et pour faire, il a beaucoup fait à la tête du gouvernement de “Sa Majesté”.

Le choix de Driss Jettou était un risque politique auquel le roi a consenti au nom de l’efficacité

L’ancien capitaine d’industrie a donné de la profondeur au rôle de Premier ministre. Il écoutait, réfléchissait, proposait et tranchait. “La maladie du secteur public est l’égoïsme institutionnel. Nous n’arrivons pas à travailler autour de la même table sur le même dossier. Personne ne s’intéresse à la synergie”, se plaignait auprès de nous un ancien ministre, qui a fait toute sa carrière dans la fonction publique. La synergie est ce que le gestionnaire politique Jettou a été le seul à mettre en place lors de son mandat. Ce faisant, il a donné à son gouvernement une…

article suivant

La triste situation des prisons marocaines