La défaite du mental

Par Fatym Layachi

Tu fais plein de choses en ce moment. Tous les ans à cette période, c’est pareil. Il y a une sorte d’excitation à l’approche des vacances qui s’empare de tout ton entourage. Ta tante fait des barbecues autour de sa piscine. Zee met des robes aux couleurs très flashy même pour aller bosser. Tu sors beaucoup. Tu commences à bronzer. Tu culpabilises quand tu craques pour un dessert. Tu retournes au sport. Tu fais les soldes. Tu aides ta mère à préparer son été. Tu as été à trois mariages en un seul week-end. Et au milieu de toute cette ferveur estivale, le foot a pris une place assez importante dans ton quotidien ces dernières semaines. C’est un truc qui t’arrive parfois, au moment des grands rendez-vous tous les deux, trois ans. Et c’est ce qui s’est passé pendant le parcours de Lions de l’Atlas à la CAN.

Un soi-disant destin de perdants mélangeant colère et fatalisme. 
Toi tu n’y crois pas

Toi, le foot, tu n’y comprends pas grand-chose. Ça ne t’intéresse pas en tant que tel mais…

article suivant

La triste situation des prisons marocaines